Opération transit 2001

C’est devenu une tradition, chaque année le Maroc et l’Espagne préparent ensemble le retour des Marocains de l’Étranger ou plutôt les Marocains résidents en Europe. Deux réunions ont eu lieu dernièrement, l’une à Tanger l’autre à Algéciras. En principe les deux réunions de part et d’autre de la Méditerranée se sont penchées sur les moyens à mettre en oeuvre pour que l’opération de transit 2001 des MRE se déroule dans de bonnes conditions.

L’opération nécessite avant tout une concertation et une collaboration d’un côté entre les deux pays concernés et secundo entre plusieurs instances de chaque pays : la douane, la sûreté, l’administration, l’armée, la Fondation Hassan II, la Fondation Mohamed V, les différentes compagnies de car-ferry, les agences de vente des billets, la croix rouge, le croissant rouge, la police, la gendarmerie etc.

Beaucoup de chiffres ont été lancé de part et d’autre du Détroit. Une augmentation de 9,2 % de la capacité de transport des voyageurs et de 19,2 % des véhicules par rapport à l’an dernier. D’après les prévisions, il y aurait 2,4 millions de passagers cette année, soit une augmentation de 9 % par rapport à l’année précédente. 556.000 voitures feront appel aux 26 ferrys pour assurer la traversée du Détroit. Le nombre de véhicules transitant quotidiennement d’Algéciras à Tanger et à Ceuta pourra atteindre 13.500 voitures. L’Espagne va mobiliser 2650 personnes et va allouer 1,2 milliard de pesetas en vue d’assurer le déroulement de cette opération. L’ODEP aménagera 16.000 m2 d’aires de stationnement pour accueillir plus de 3.000 véhicules en attente d’embarquement.

Tout ça est merveilleux, mais on peut faire mieux, à commencer par demander l’avis des intéressés. On peut faire mieux, en n’oubliant pas le côté humain de la campagne. Il y a encore carence dans plusieurs points, où sont les moyens d’accueil qui sont aménagés pour les femmes, les enfants, les personnes âgées, les handicapés. Qu’est ce qu’on a prévu comme animation pour accueillir les enfants et les jeunes marocains pendant la traversée. Où sont les aires de repos, l’infrastructure sanitaires, les douches et les lavabos entre Tanger et Agadir.

La campagne de transit qu’on organise chaque été doit devenir une campagne structurelle et permanente. Si nous, Marocains résidents en Europe et, nous sommes considérés comme des citoyens marocains à part entière alors nous devons l’être toute l’année et pas seulement des Marocains saisonniers. Pourquoi ne sommes nous pas les bienvenus en dehors de la campagne qui dure en tout et pour tout deux mois par an du 15 juin au 15 septembre.

Pour vraiment favoriser le retour des marocains vivant en Europe, le gouvernement d’alternance doit réfléchir sous la forme d’une stratégie globale ouverte à l’appréciation de tous les acteurs de la communauté marocaine vivant à l’étranger et offrant à chacun de jouer le rôle qui lui revient selon sa place et sa position géographique, économique, politique et culturelle. Il s’agit de jeter les premiers jalons d’une « métastratégie  » de l’action de la communauté marocaine et de sa diaspora avec l’aide et le concours de l’ensemble des acteurs, sans exclusive, sans esprit partisan ou de chapelle, mais sans laxisme ni complaisance non plus.

Le gouvernement marocain doit finir une fois pour toute, par reconnaître les vrais représentants légitimes des marocains de l’étranger. La période des agents de service, les béni-oui-oui, les figurants, les professionnels de l’applaudissement est révolu. Il faut se mettre à l’évidence que la société civile marocaine à l’intérieur comme à l’extérieur du Maroc est mûre pour prendre ses responsabilités dans l’autonomie et l’indépendance totale.

Sarie Abdeslam
Bruxelles, le 10 juin 2001

Publicités