La colonisation de l’Irak

Une guerre de trop

La coalition diabolique Etats-Unis – Royaume Uni a commencé son agression expansioniste contre l’Irak pays souverain en déclarant une guerre illégale et unilatérale sans l’accord des Nations Unies.

C’est pourquoi il nous faut affirmer haut et fort notre refus à cette guerre meurtrière et crier notre solidarité avec le peuple irakien et avec tous les peuples opprimés par l’atrocité de la machine de guerre impérialiste et colonialiste. Il faut exprimer par tous les moyens, le témoignage de notre solidarité aux victimes et à leurs familles.

Jeudi 20 mars, les forces américaines ont commencé la guerre en lançant une série de bombardements en tirant plus de 40 missiles de croisière Tomahawk à la périphérie de Bagdad. Certains missiles venaient de la Méditerranée, d’autres de la Mer Rouge et d’autres du nord du Golfe Persique.

Cette agression flagrante et criminelle a été aussitôt dénoncée et désapprouvée par des centaines de milliers de personnes consternés et inquiets, surtout des écoliers des lycéens et des jeunes, qui ont manifesté leur colère partout dans le monde.

Insensible à l’opinion publique, Bush est devenu fou, il veut embraser une région qui a besoin de paix et non de guerre. Washington veut à tout prix, à feu et à sang contrôler le pétrole du Proche-Orient. La guerre de Washington (Bush) contre Bagdad est, aussi, une guerre du dollar contre l’euro, une guerre des USA contre l’Europe, mais aussi contre le monde arabe, contre les pauvres, contre les pays non-alignés, contre l’humanité toute entière.

Le peu de crédibilité que les Américains avaient s’est envolée à cause du grand mensonge hollywoodien de Bush et de Blair de présenter leur croisade comme un objectif noble ayant pour but, libérer le peuple irakien et installer une vraie démocratie en Irak. L’histoire nous a démontré le contraire. Les Etats-unis ont toujours aidé les tyrans et les dictateurs contre la liberté la démocratie et la tolérance et ont souvent attaqué des pays souverains avec des dirigeants élus démocratiquement.

Aujourd’hui, vu les événements tragiques, je tiens à exprimer ma colère et ma tristesse face aux Etat-unis que je maudis. Sous prétexte de se sentir menacée dans son intégrité par une petite nation faible et affaiblie, la plus grande puissance militaire de cette planète sort son arsenal sophistiqué de destruction massive pour agresser un peuple qui vit déjà sous l’emprise de l’embargo inhumain imposé depuis une dizaine d’années.

C’est quant même bizarre, les Etats-unis veulent faire la guerre en détruisant une des infrastructures les plus modernes dans le monde arabe pour obtenir la pax americana et ceci en foulant de ses pieds l’ONU et tous les principes fondamentaux des droits de l’homme et en créant un vide juridique dangereux au niveau international. Après tout, c’est la raison de la plus forte nation du monde qui prévaut et, sans se soucier du moins du monde et sans scrupules elle fait ce qu’elle veut, quand elle veut et où elle veut.

Maigre consolation, je suis fière d’avoir choisi de faire partie d’une des plus petites nations du monde qui a osé dire NON à la plus puissante nation du monde.

La sale guerre des USA

Les USA nous ont promis une guerre propre, chirurgicale, précise et rapide. Pour cette raison, la propagande américaine a mis en valeur le matériel de guerre moderne et sophistiqué capable de frapper avec une précision jamais égalée dans le passé. Des missiles et des bombes avec une intelligence virtuelle capables de chercher la cible et de la détruire sans porter préjudice ni aux voisins ni à l’environnement.

Sur le terrain, la réalité est tout à fait autre. Depuis le début de l’agression américano-britannique, l’armement sophistiqué et les bombes intelligentes n’ont tué que des civiles et surtout des enfants des femmes et des vieillards. Les bombes sont lancées de loin et ceux qui les lancent aveuglement sont aussi des criminels de guerre qu’on doit traduire en justice un jour devant les tribunaux populaires. Les autorités irakiennes reprochent de leur côté aux Américains de bombarder des zones où aucune installation militaire n’est répertoriée.

Heureusement que cette fois-ci il y a les médias arabes présentes pour donner une autre vision de cette guerre meurtrière. Une vision un plus proche de la réalité cruelle que celle de CNN et les autres médias occidentaux. Devant nos yeux et en direct, ce drame se répète tous les jours dans pratiquement toutes les villes irakiennes. Les Américains frappent de très loin de très haut et avec des moyens lourds. Le peuple irakien, qui n’a pas arrêté d’encaisser depuis 1991, est en train de payer lourdement le prix de cette sale guerre.

Une guerre dont les bombardements criminels ont touché à plusieurs reprises des cibles qui n’ont rien à voir avec l’armée irakienne, deux marchés, un hôpital, des gymnases, des quartiers résidentiels, et des logements divers. Les installations d’eau et d’électricité sont détruites dans pratiquement toutes les villes. Les Américains veulent ainsi affamer le peuple irakien afin qu’il se retourne contre les dirigeants du pays. Une besogne que les belligérants ont été incapables de réaliser.

Malgré tout nous devons continuer de manifester notre refus à l’administration Bush afin qu’il sache que l’opinion publique mondiale refuse toujours le nouvel ordre impérialiste et expansionniste. Et, en même temps démontrer notre solidarité avec le peuple irakien qui résiste héroïquement et avec acharnement à cette agression injuste qui lui a été imposée illégalement par la plus puissante armée de la planète. Il se peut que nous ne pouvons pas arrêter la guerre mais Bush et Blair ne pourront jamais nous arrêter de nous exprimer et de les dénoncer dans le but de respecter les lois humanitaires et les Droits de l’homme.

Inertie et mutisme contre la guerre 

Des centaines de milliers de manifestants à Bruxelles, Paris, Amsterdam, Sydney, Rome, Madrid, Barcelone, San Francisco, Londres ou Séoul, et à Rabat, Beyrouth, Amman, Le Caire, Damas, Sanaa, Ramallah ou Saïda. Un seul mot d’ordre, « non à la guerre ». Un mot d’ordre lourd de significations politiques, sociales, affectives, historiques etc. Dire non à la guerre c’est aussi refuser le fait accompli d’une politique agressive et dangereuse, c’est refuser la théorie de l’absurde et des seuls intérêts états-uniens, c’est dire non à l’horreur et à la terreur. Scander le nom de Saddam Hussein en brandissent ses portraits pour beaucoup d’opprimés c’est le seul symbole qui caractérise un refus catégorique à l’impérialisme et au colonialisme, et leur seule manière de dire non d’une manière provocante à la politique hégémonique de domination de l’administration Bush.

La guerre illégitime et illégale imposée par Washington au peuple d’Irak est inadmissible. Le peuple irakien préférera et de loin d’être gouverné par Saddam que par un gouvernement fantoche et fasciste à la solde de Washington. Le peuple irakien est un peuple souverain et, personne au monde n’a le droit de lui imposer quoi que ce soit. Avant qu’il soit trop tard, nous devons nous élever et nous opposer de toute notre force contre la tyrannie et l’idéologie aveugle, contre l’interventionnisme à outrance de Bush et Blair. Ce qui se passe en Irak est un prélude de ce qui peut se passer n’importe ou ailleurs dans le monde. Les pays qui ont un sous-sol riche sont devenus des pays susceptibles d’être assujettis au bon vouloir des grandes puissances. Aujourd’hui l’Irak, demain la Syrie et après demain l’Arabie Saoudite. Avant d’asservir l’Irak Bush a réussi à museler le monde arabe. Le monde arabo-musulman divisé fractionné et morcelé n’a démontré que son impuissance face à Bush et Blair bien déterminés à finir leur sale besogne. Incapables politiquement, absents militairement, les pays arabes sont devenus des spectateurs assidus et des clients loyaux de la station Aljazeera.

« Par notre inertie, par notre mutisme, nous nous sacrifierons pour toi, ô Irak bien aimé ».

Pardon Irak bien aimé

Le peuple irakien affaibli par la guerre contre l’Iran, démoralisé par la guerre contre le monde entier, détruit par un embargo impitoyable, et depuis le 20 mars 2003 il subit finalement une guerre atroce qui se termine par une occupation de son territoire en le colonisant et en s’accaparant de ses richesses naturelles dans le chaos et l’anarchie..

Depuis le début de l’agression américaine, aucune preuve d’existence d’armes chimiques n’est établie à ce jour et aucune preuve d’existence d’armes de destructions massives n’a été trouvée. Ou bien les Américains le savaient et sont des menteurs qui ont basé leur guerre sur un mensonge ou bien ils ne le savaient pas, alors ils ont basé leur agression préventive et punitive sur une fausse hypothèse.

Au fond, les Américains n’avaient pas besoin d’arguments pour attaquer l’Irak mais de n’importe quel prétexte étant donné que c’est une guerre planifiée et préméditée depuis plusieurs décennies. Leur but clair mais non déclaré est la domination du monde arabe pour s’accaparer de sa richesse et pour l’empêcher de s’unir afin de former une Nation Arabe et de l’empêcher de s’organiser afin de ne jamais avoir la potentialité de détruire Israël.

« A cause de notre inertie, à cause de notre mutisme, nous te demandons pardon, ô Irak bien aimé ».

Deux sortes de bombes tombaient par alternance sur Bagdad, les bombes assourdissantes américaines et les bombes inaudibles d’origine arabe. Le silence des pays arabes est aussi dévastateur que les milliers de bombes tombées sur Bagdad. Finalement, la bataille de Bagdad n’a pas eu lieu. Drôle de guerre, le dictateur et son régime sont tombés, mais il n’y a pas de vainqueur. Le malheur pour l’Irak est qu’il y douze milles dictateurs potentiels qui courtisent l’administration Bush et qui se bousculent au portillon. Et, pour assurer à long terme la mainmise directe et absolue sur le sous-sol irakien, les grandes firmes pétrolières et à leur tête Bush ont l’embarras du choix.

L’expédition coloniale et punitive de Washington sous prétexte du «choc des civilisations» utilisant les moyens les plus sophistiqués que ce soit dans l’armement ou dans le domaine de l’information n’avait qu’un but, piller et contrôler les ressources arabes et musulmanes et dominer le Moyen-Orient dont le marché pétrolier mondial dépend à plus de 80 %.

Dans un chaos et une anarchie bien orchestrés par les colonisateurs conquérants on va sans aucun doute retrouver coûte que coûte les armes de destruction massive. Et, si les cow-boys ne trouvent pas ou ne veulent pas trouver, ils laisseront alors, comme Koffi Anan le demande encore, les inspecteurs de l’ONU reprendre leurs recherches jusqu’à ce qu’ils trouvent eux-mêmes les armes de destruction massive. Ainsi, les USA pourront à fortiori retrouver une certaine légitimité à leur agression militaire et à la logique de la guerre préventive. 

Par le biais de figurants fantoches, les USA qui se sont substitués à l’ONU, vont administrer l’Irak pour l’exploiter sans scrupules aux seuls intérêts américains. Et, pour terminer leur sale besogne ils vont faire pression sur la Syrie et l’Iran, sur l’Arabie Saoudite et l’Égypte afin de remodeler le Proche-Orient pour installer la pax americana prosioniste.

Si la guerre est finie, notre combat ne l’est pas au contraire nous devons continuer notre engagement et redoubler notre vigilance. Nous devons continuer à dire fermement notre réprobation du danger de l’impérialisme rampant. Si la guerre est finie la lutte contre l’occupation vient de commencer. Les Irakiens auront encore besoin de notre solidarité pour encourager leur résistance face au colonisateur le plus puissant de la planète. Et, entre temps, on tue quotidiennement par dizaines nos frères palestiniens dans l’indifférence totale.

Les frustrations de la guerre d’Irak

Le conflit irakien et la guerre contre Saddam laisseront des traces et des cicatrices chez les Irakiens comme chez les coalisés agresseurs. Il y aura surtout des frustrés à cause des conséquences de la situation chaotique et anarchique engendré par le vide politique et gouvernemental. L’Irak restera et pour longtemps frustrant et énigmatique à la fois. Frustrant parce qu’on ne saura jamais ce que les fidèles guerriers de Saddam voulaient faire comme surprise aux Américains une fois arrivés à Bagdad. Enigmatique, une armée entière qui disparaît comme ça dans la nature. Une armée qui a démontré sa discipline en s’auto-détruisant dans la discrétion la plus secrète. Je me demande si c’était ça la surprise que Saddam voulait faire à Bush. Opération réussie, d’une pierre deux coups. Bush n’a pas eu sa victoire à Bagdad et Saddam n’a pas eu sa défaite non plus. Mieux encore, Saddam et sa famille, son gouvernement et ses fidèles se sont volatilisé et ont complètement disparu en ne laissant aucune trace derrière eux malgré la présence de milliers de soldats américains.

Saddam a quant même bien fait en évitant une bataille meurtrière et un carnage pour la population bagdadi. Etant donné la supériorité matérielle et technologique des Américains ce qui restait de l’armée irakienne n’aurait pas pu tenir longtemps tête devant cette machine de guerre impitoyable. C’est comme un bulldozer qui aurait pu emporter tout Bagdad sur son passage. Heureusement ça n’a pas été fait, et c’est frustrant pour les Américains. C’est pour cela qu’ils ont organisé la destruction systématique de Bagdad par les pillards et les voleurs professionnels qu’ils ont amenés d’ailleurs. Le régime de Bush est devenu tellement frustré à cause de l’absence d’une victoire militaire qu’il cherche maintenant à se venger à tout prix. Bush vise la Syrie comme pays voyou qui cache les criminels de guerre et possède les armes de destructions massives. La guerre contre la Syrie coûterait beaucoup moins cher, étant donné que les armées américaines sont à la porte de Damas et que tout l’arsenal militaire est sur place pensent à haute voix les faucons de l’administration américaine.

George Bush et ses acolytes en quête d’une hégémonie planétaire veulent appliquer partout la loi du plus fort. A chaque fois que les Américains n’arrivent pas ou sont incapables de résoudre un problème quelconque ou de l’expliquer à l’opinion publique mondiale on cherche un bouc émissaire pour l’accuser. Et, comme ils ne peuvent pas expliquer la disparition des dirigeants irakiens, ils accusent les Syriens de complicité.

Le scénario Irak peut se répéter d’une manière identique pour la Syrie. Il suffit de changer quelques mots et le tour est joué. Remplacer Bagdad par Damas, Irak par Syrie et on a les mêmes arguments pour attaquer un autre pays souverain. Saddam Hussein n’était qu’un prétexte, les américains veulent uniquement et seulement s’accaparer des richesses du Moyen-Orient et imposer par la terreur la pax americana prosioniste. Il faut que le monde sache que, le nombre de faucons prosionistes et proches du Likoud dans l’administration de Bush ont beaucoup d’influence et qu’il ne faut en aucun cas sous-estimer leur importance. Entre temps, la France républicaine et laïque, sous pression de Monsieur Sarkozy organise l’élection d’un conseil représentatif des musulmans. Comme ce fut le cas en Belgique, l’Etat français, champion de la laïcité, intervient et se mêle directement des affaires de la religion islamique pour l’aider à s’organiser.

Entre temps, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Bouclage des territoires, fermeture des frontières avec la Jordanie et l’Egypte, blocage naval, interdiction de se déplacer d’un territoire à un autre. C’est le prix que les Palestiniens devront payer pour qu’Israël puisse fêter dans la joie et le bonheur ses pâques juives.

Enfin, je vous propose un parmi beaucoup de reportage photos de la sale guerre d’Irak :
http://www.youtube.com/user/lewis20201

Sarie Abdeslam
Bruxelles, le 24 mars 2003

Publicités