Pessimisme ou optimisme, that is the question

Malgré que nous nous trouvons à presque 2500 km loin du Maroc, il qu’y a déjà une décennie que nous avons enterré la période des années de plomb, et que le Makhzen n’a pratiquement aucune influence sur nous en Belgique, pourtant il y a encore beaucoup de concitoyens qui n’ont pas encore intériorisé cette nouvelle ère qui semble se réaliser avec beaucoup de peine vu la mémoire collective encore très vivace et les séquelles encore très visibles.

Cependant, nous devons donner plus de temps aux pessimistes qui ne croient pas encore à cette ouverture à la démocratisation et nous devons en même temps tempérer l’enthousiasme galopant des optimistes qui croient que la page noire de notre histoire est complètement tournée et que le Maroc est d’ores et déjà un pays de droit.

  • Il ne faut être ni défaitiste ni ,alarmiste mais plutôt prudent et attentif
  • Il ne faut pas être méfiant et soupçonneux mais plutôt prévoyant et perspicace
  • Il ne faut pas être revanchard et vengeur mais raisonnable et rationnel
  • Il ne faut surtout pas être passif et indifférent mais décidé et déterminé

    En temps de paix ce ne sont pas les aventuriers héroïques et téméraires dont nous avons besoin mais des militants audacieux et entrepreneurs, combatifs et constructifs. Nous ne pouvons pas oublier le passé certes, mais l’avenir est plus important pour nous, pour notre pays d’origine et pour nos générations futures.

Depuis une décennie, le Maroc a changé le cours des choses et se trouve actuellement à la croisée des chemins. Alors, en tant que citoyen d’origine marocaine, je me sens concerné par toutes les questions fondamentales qui concernent la reconstruction, le développement et la démocratisation d’un Maroc pays de droit.

En tout cas, tout le monde sait que, le Maroc, pour assurer sa stabilité économique et politique, a un besoin viscéral et structurel du rôle prépondérant de tous les compatriotes d’origine marocaine. Depuis belle lurette nous avons toujours répondu présent à chaque fois que notre mère patrie avait besoin de nous. Par contre, est ce que notre mère patrie allait dans un proche avenir, répondre positivement à notre revendication historique et légitime en vue de nous permettre de participer activement à la gestion de notre pays, de renforcer et sceller nos liens, et finalement de consolider constitutionnellement une fois pour toutes, notre engagement, notre civisme et notre patriotisme.

Sarie Abdeslam
Bruxelles, le 24 octobre 2010

Publicités