Les dictateurs commencent à dégager

Depuis la révolution tunisienne, le monde arabe est en ébullition et, à tout moment un volcan risque d’exploser dans un monde arabe devenu très réceptif et revendicatifs des valeurs universelles de liberté et de démocratie. Au plus les peuples deviennent conscients de leur puissance au plus la panique augmente chez les dictateurs, on lâche du lest mais pas le pouvoir absolu. Comme par hasard, tous les dictateurs arabes sont des amis et alliés de l’Occident. A leur tête, Moubarak, despote et criminel vient de tomber. Tous les peuples du monde entier fêtent cette victoire historique contre les tyrans.

Les dictateurs surtout du Moyen Orient ne dorment plus. Ils ne savent plus à quel saint occidental se vouer. Washington, premier allié et plus grand défenseur des dictatures perd petit à petit de l’influence au Moyen Orient, en Amérique Latine et en Asie.

La question est « à qui le tour ? ».

Aujourd’hui, au même moment que les Égyptiens savourent la chute du Pharaon, les Algériens tentent eux aussi de se mobiliser. La Coordination nationale pour le changement et la démocratie appelle la foule à manifester le samedi 12 février dans les rues d’Alger. Première revendication, la levée immédiate de l’état d’urgence Nous sommes tous solidaires avec le peuple frère algérien.

Soyons quand même vigilants, Oncle Sam n’a pas encore dit sont dernier mot. Il s’est laissé surprendre certes mais il a encore la capacité de renverser la vapeur.

Cela ne doit en aucun cas ébranler la volonté des peuples opprimés de revendiquer l’indépendance, la démocratie, la liberté, la dignité et le départ de tous les régimes militaires, les dictateurs au pouvoir et les dictateurs potentiels..Il n’y a que la pression pacifique des masses qui peut vaincre et convaincre.

Cherkaoui Abdel

Publicités