La France des extrêmes

Hamid SOUSSANY
Hamid SOUSSANY

C’est bien la première fois que l’extrême droite française remporte une élection, même au temps fort du régime de Vichy qui régira la France de Juillet 1940 au 22 Août 1944 sous l’occupation allemande.

Le Maréchal Pétain n’est arrivé au pouvoir que suite à la démission de Paul Reynaud président du Conseil, au lendemain de la défaite militaire. Il signera alors l’armistice le 22 juin 1940, et ouvrira une page noire de l’Histoire de France dans le registre de la collaboration avec les Nazis, avec son lot de persécution des résistants et de la déportation des milliers de juifs de France, dont des enfants.

Dimanche dernier, 25% des votes exprimés sont FN, se plaçant par la même occasion premier parti de France. Triste score et sinistre classement qui place la France en tête de l’Europe en matière de vote extrême droite.

Quelques années après les déclarations révisionnistes du président d’honneur du Front National, Jean-Marie Le Pen sur « le point de détail » des chambres à gaz, et ses multiples sorties racistes et antisémites, il peut jubiler aujourd’hui, au milieu de sa descendance, d’être porté par les électeurs, premier parti de France, sans rien renier de ses déclarations passées ou de son idéologie fasciste.

La France n’a pas toujours été la patrie des droits de l’Homme

Le FN de Le Pen, lui même ancien tortionnaire de la guerre d’Algérie, ne l’oublions pas , c’est aussi l’expression  d’une certaine France, coloniale et xénophobe qui s’est rendue coupable de crimes odieux pendant la période coloniale, comme en Algérie: punitions collectives, tortures et viols utilisés d’une manière massive et systématique comme armes de guerre..des crimes qui ont fait l’objet d’une loi d’amnistie générale, et qui restent à ce jour, sans excuses et sans reconnaissance officielle de l’Etat Français…
Hélas, une période de l’histoire non exorcisée de ses maux, hormis des témoignages de quelques soldats repentis par l’usure du temps et de quelques démarches individuelles d’intellectuels isolés.

L’UMP de Sarkozy et la libération de la parole raciste

l’UMP de Sarkozy porte une lourde responsabilité dans la banalisation des thèses du Front National. Les digues ont cédé entre la droite dite républicaine et l’extrême droite en s’appropriant, tout au long, du quinquennat Sarkozy, des thèmes chers à l’extrême droite: les thèses sécuritaires en trompe-l’oeil, en opposant les « français qui se lèvent tôt » et « les tricheurs et profiteurs » des prestations sociales, en stigmatisant les femmes en foulards qui menaceraient la laïcité et l’identité nationale, en remettant en cause le droit du sol pour protéger la France des infiltrations étrangères dont les enfants arracheraient les pains au chocolat en plein Ramadan aux petits français…Il y’a encore quelques jours, lors de la campagne pour les élections européennes, en fustigeant l’immigration à travers la remise en cause des accords de Schengen.

Des thèses qui réveillent les vieux démons et qui libèrent la parole raciste, xénophobe et islamophobe.

La droite républicaine, a été mise au service de l’ambition d’un homme: Nicolas Sarkozy, reniant et marginalisant les tenants des valeurs Gaullistes, se retrouve aujourd’hui prise à son propre piège. Le départ de Jean François Copé de la tête de l’UMP et l’arrivée de Fillon-Juppé-Raffarin pourrait ramener de la sérénité dans le débat public et le retour à certaines valeurs.

Hamid Soussany

Publicités