LA RADICALISATION EN EUROPE

Par BELHALOUMI Abdelrhani -Bruxelles
Une tentative de décoloniser l’imaginaire de la pensée dominante

Belhaloumi Abdelrhani
Belhaloumi Abdelrhani

La radicalisation  a rongé l’Europe depuis la nuit des temps, les guerres de religion, les colonisations,  les deux guerres mondiales et les  idéologies totalitaires nées dans le creuset de ces évènements. Le terrorisme est né en Europe avec l’IRA  catholique en 1916, l’ETA laïque en 1959, les Brigades Rouges 1970, Blood and Honour 1987, CasaPound , Hitler, Staline, Caecescu, Karadzic, Mladic etc…. Les musulmans ont été les premiers à combattre le fascisme en Lybie  (Quatrième rivage de l’Italie :Quarta sponda), puis les tirailleurs sont venus  se battre pour la liberté de l’Europe et combattre le nazisme en Europe. La radicalisation a causé le génocide juif (la Shoah), le génocide des musulmans à Srebrenica, les massacres  des falaises de Korićani,  de Barimo, d’Ahmići, de Tuzla , de Wola en Pologne , de Baugnez en Belgique et  bien d’autres. L’histoire de l’humanité nous montre que l’extrémisme violent aux facettes multiples, est multi-dimentionnel, et affecte groupes et individus et embrasse toutes les idéologies et religions. Le terrorisme est apparu dans les pays musulmans avec la destruction de l’Irak par Bush en 2003  et le mensonge sur la présence d’armes de destruction massive. Bush a parlé de croisade ’crusade,’  a détruit l’humain, a tenté d’opposer les civilisations  en toute impunité.  C’est l’une des plus grandes catastrophes culturelles de tous les temps : des écoles et bibliothèques détruites et musées saccagés ou bombardés. Le patrimoine de l’Irak, berceau de l’humanité, déjà gravement endommagé par  la 1ère « guerre du Golfe »  de Bush père et par treize années d’embargo, a subi des pertes irréparables  et a ouvert la voie au terrorisme.  La torture pratiquée par la CIA comme le montre le rapport du Sénat américain, a aggravé encore à la situation.  L’idéologie de Bush a eu un impact  négatif sur les musulmans. L’apparition des termes islam-isme (1) (contraction de islam et terrorisme) et jihad(2)-isme  auraient été lancés par un néo-nazi, et  utilisés même par des médias respectables. Médias  qui ont abandonné les termes exacts, précis et objectifs, tels que terroristes, groupes armés ou   résistants ; suivant le cas, sont tombés dans le piège des démagogues.  Car,  la violence commence par la violence des mots. La justice, ne repose t-elle pas sur la justesse des mots ? S’attaquer à une religion  ne peut aider ni  à édifier la paix , ni une culture de paix ni à assurer et pérenniser l’amitié entre les peuples . C’est pourquoi, l’Union européenne doit réagir et vite. L’UE a fait avancer la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe. Elle a joué un rôle stabilisateur, qui a su transformer la plus grande partie du continent européen, marqué par la guerre, en un continent de paix.  Il est vrai, sans jamais vaincre la radicalisation.  La preuve,  en 2014, au Parlement européen 140 députés  sur 751 sont des populistes, europhobes, islamophobes  ou  des néonazis ayant récolté des millions de voix.  Une vraie menace pour la cohésion sociale, le pluralisme, les Droits de l’Homme,   la démocratie et pour les musulmans  qui ont  combattu les pères du fascisme et du nazisme.  3 exemples pour illustrer cela : 1) le ministre autrichien de l’Intégration Sébastien Kurz  tente de sorti une loi anticonstitutionnelle  sur  l’islam. Un islam arrivé en Autriche au xvie siècle, sous le règne de Soliman le Magnifique, à un moment où ailleurs en Europe, se déroulaient des massacres : celui  de Mérindol perpétré par les troupes royales françaises, de Cholula par les conquistadors espagnols et de Tlatelolco par Antoine II de Lorraine où 20 mille protestants avaient péri. Et juste à côté de l’Autriche,,  Christian II de Danemark décapitait une centaine de Suédois. L’islam a été accepté en Autriche lors du Sultanat des femmes ottomanes  au VII siècle. Une loi accordant un statut à l’islam existe depuis 1912, soit l’année de l’intégration de la Bosnie-Herzégovine à l’Empire austro-hongrois . Carla Baghajati, actuellement  porte parole de la Communauté musulmane d’Autriche (IGGIÖ) se dit inquiète.

2) En 2011 Anders Behring Breivik,  un terroriste norvégien, qu’on a tenté de faire passer pour un loup solitaire,  a abattu 77 personnes  à Oslo.

3) En  2007, le député européen Maciej  Giertych, l’un des fondateurs  du parti d’extrême droite polonaise  (LPR) a utilisé le logo et les infrastructures du Parlement Européen,  a publié , présenté et distribué le livre Civilisations at War in Europe, , en marge d’une session plénière, affirmant que la «civilisation juive» n’a pas sa place en Europe.

Une  Europe qui a confirmé sa détermination à lutter contre Daesh, un groupe terroriste en Syrie et en Irak. C’est le résultat direct de la destruction de l’Irak. Daesh, la quintessence du mal ; une horde de barbares ayant confisqué le nom de l’islam, la religion qui dit que celui qui tue une âme innocente c’est comme s’il avait tué toute l’humanité. Pire, la presse parle  de la présence 2000 Européens dans les rangs de ce groupe barbare. Ce qui nous amène à se poser  la question suivante : à combien doit-on chiffrer le nombre d’européens  ou combattants étrangers  partis rejoindre des conflits finis ou en cours comme les guerres : civile géorgienne ,  d’Abkhazie , en ex-Yougoslavie,  de Slovénie,  en Croatie, de Bosnie ,  du Kosovo ,  civile de Moldavie , en Ossétie du Nord,  d’Abkhazie,   en Ukraine, en Centrafrique, en Birmanie,  à l’Est du Congo  et en Israël? Et à ce propos, la Suisse , Etat dépositaire de la IVe Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, vient de convoquer une conférence sur le Proche-Orient  en réponse à une recommandation de l’Assemblée générale de l’ONU. L’objectif de la conférence étant de réaffirmer la paix et le droit international humanitaire applicable dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est. Quant à la Commission européenne, elle a inauguré depuis 2005 des programmes tels que : le réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (RSR), la « Radicalisation Awareness Network » (RAN), le pôle européen de connaissance sur l’extrémisme violent ; l’appui aux programmes de repentance, de désengagement et de sortie de la radicalisation.  Mais, ils n’ont eu qu’un impact limité vu qu’ils  ne s’adressent  qu’à une seule composante de l’Union européenne. Cependant,  l’approche de dé-radicalisation  britannique   est différente. Là,  la Justice  a  carrément abandonné en 2012 les poursuites  contre  John Anthony Downey, ex-terroriste de l’IRA, principal suspect d’un attentat spectaculaire à Londres en 1982, en raison d’une lettre officielle adressée à 200 terroristes en cavale, les « On The Runs », les assurant de ne jamais être poursuivis, dans le cadre secret de l’accord du Vendredi Saint en 1998.  Même Gerry Adams ex-président du Sinn Fein n’a pas été condamné pour le meurtre par l’IRA en 1972 d’une mère de famille.  Et Martin Mc Guiness, ex-terroriste de l’IRA est devenu aujourd’hui vice-Premier ministre d’Ulster.

Or, pour prévenir la radicalisation, la Commission européenne devrait changer le mode de communication  et oser parler de tous les conflits et de tous les « combattants  étrangers » et de toutes les barbaries,  et  lancer un contre –discours  à  travers une campagne européenne à toute la population. Le but étant de s’adresser à tout le monde afin  de promouvoir la paix, la sécurité, la démocratie, la justice et la cohésion sociale au sein de l’Union européenne et sans stigmatisation aucune. N’est-ce pas ?

A propos, que recouvre le mot ‘terrorisme’ ?Pas le temps de
lire cet article ?

 

 

________________________Classer

  • Les extrémistes ont aussi mis au point des termes sales à bannir aussi, tels que

Radical christianniste, radical croisadiste  etc…

  • Ce n’est pas le rôle du législateur ni d’aucun pays de parler du ‘jihad’ dans ses lois

Et sa communication, pour 3 raisons :

  1. Le jihad (l’effort) est divisé en 2 parties, le majeur qui englobe tout travail humanitaire, construction d’écoles, aide aux pauvres etc, Et  le mineur qui concerne la lutte armée légitime,  comme stipulé dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme le 10 décembre 1948
  2. Parler de Jihad dans le cas de la Syrie, pays en proie à la guerre civile opposant, un pouvoir totalitaire, des terroristes et une opposition légitime, c’est non seulement une attaque et une stigmatisation de l’islam , mais surtout une volonté  d’ induire l’opinion publique et les jeunes en erreur.  Considérer des actes barbares comme du Jihad relève de la démagogie, de la mauvaise foi, de l’idéologie véhiculée par Beivik, et prouve une ignorance complète de l’islam et de son message de paix
  3. Une loi qui parle du ‘jihad’ exclut du champ de son application tous les autres terroristes Conservez-le pour le consulter plus tard. Abonnez-vous au Monde.fr
    à partir de 1 € et les extrémistes violents  de tous bords qui constituent une menace à la société à leur retour.
Publicités