Il nous faut protéger nos mots pour pouvoir penser, pour espérer, …et pour le dire !

Tu devrais demander à certains de tes écrivains (Ex: Saïd CHATAR, 2e article de ta revue, mais pas le seul, que je lis de plus en plus souvent dans DN)  de ne pas appeler démocraties et progrès ce qui ne l’est pas ! – Qu’il les appelle plus correctement, par Ex: pseudo-démocratie et pseudo-progrès.

Car nous devons nous-mêmes lutter chaque jour contre cette corruption du langage par les Ultra-Libéraux (UL), qui ont bien compris que sans langage on ne peut plus échanger des idées entre nous, pour comprendre le présent et construire l’avenir, et qu’on ne peut plus même le penser non plus, carrément !

​C’est une technique de désinformation qu’ils utilisent depuis longtemps :
​​A/ Déjà les politiques de droite les plus extrêmes qualifient de émocratiques depuis longtemps des mesures anti-sociales et certains privilèges qu’elles accordent aux entreprises et aux plus riches, sous le faux-prétexte qu’il faudrait d’abord accumuler des richesses ​pour ensuite pouvoir les partager avec le plus grand nombre !   Or, c’est un principe fallacieux : si on ne partage pas les richesses dès leur création, ils les accumuleront rapidement hors de portée des pouvoirs publics, dans des paradis fiscaux, proches ou lointains, et  ​elles ne seront dès lors jamais partagée​s ;
​B/​ Ils parlent systématiquement de charges sociales qui alourdissent le coût du travail, et qu’ils veulent sans cesse réduire pour devenir plus compétitifs, alors que ce sont des impôts (qui servent à financer les services publics comme l’administration, l’enseignement, la justice, la mobilité, …) et des cotisations sociales = salaires différés (prélevés à la source pour financer les mutuelles, la santé, le chômage, les pensions, …).   Ils doivent être prélevés à la source, sous forme d’impôts, justement pour éviter qu’ils servent de chantage à l’emploi : Les patrons n’engageraient que les travailleurs qui accepteraient de travailler au noir, ou en supprimant leurs cotisations ONSS, et l’État ne pourrait plus prélever équitablement selon les moyens de chacun (peu aux pauvres, plus aux riches) pour redistribuer équitablement selon les besoins de chacun (à peu près les mêmes pour chacun)  et donc en compensant les handicaps​;

​C/ Égalité ​ou Équité :
Il y a aussi la conception de la «concurrence déloyale», qui d’origine signifie une concurrence qui se ferait sans respect des règles éthiques et des DH, officialisées par des Lois démocratiques définissant clairement ​un cadre des négociations commerciales et politiques ​équitable​ : ce que tout le monde doit faire, et ce que personne ne peut faire. Les UL considèrent qu’aider un malade, un handicapé, un isolé, un bénévole, … c’est faire un acte déloyal par rapport aux plus chanceux : Il estiment plus juste de leur donner la même aide !   Ils ne connaissent pas la différence entre les principes d’égalité et d’équité :
– L’égalité demande que les pauvres payent autant de contributions​ que les riches​,​ et que les riches reçoivent autant d’aide que les pauvres​ et handicapés​
==> est-ce juste qu’un riche puisse faire tout le mal qu’il peut payer grâce à son immense fortune ?
– L’équité demande que chacun paye selon ses moyens et reçoive selon ses besoins ==> ce n’est pas l’égalité du don qui compte, mais l’égalité de l’effort fourni : un pauvre fera autant d’effort=10% qu’un riche en payant moins que lui –> 10% de 1.000€/mois du pauvre ou 10% de 10.000/mois du riche, efforts plus équivalents !   1.000€ = 10% de 10.000€ = tous les revenus du pauvre, très peu pour le riche !!

​D/ Concurrence déloyale :
Si ce cadre est respecté par chacun, la concurrence est loyale, car elle permet d’échanger en toute confiance, mais certains UL, des voyous avec/sans col blancs (comme je les appelle pour rappeler qu’ils sont aussi bien riches ou pauvres), ne respectent pas ces règles, dont beaucoup ne sont malheureusement pas contrôlées (alors elles ne servent à rien !), ni/ou sanctionnées (alors les contrôles ne servent à rien !!).

Il ​n​‘y a que 2 raisons fondamentales de refuser de mondialiser une mesure apparemment pleine de sagesse :
– à Gauche : la peur de l’​existence d’une  concurrence déloyale = s’il n’y a pas de contrôle du respect des règles d’encadrement des échanges, et/ou de sanctions ;
– à Droite : l​a peur de l’​absence de concurrence loyale = d’être ainsi privé de la possibilité de tricher, polluer, mentir, …impunément pour être facilement moins cher que tous les concurrents plus respectueux ; –> car si tout le monde respecte un cadre universel = les mêmes contraintes (respect des salaires, de la sécu, du climat et de la biodiversité, …), alors seulement le VRAI progrès deviendra possible, car la concurrence ne pourra plus jouer que secondairement sur la qualité, ​la ​quantité, ​le​ prix, et que tous les concurrents assumeront l’accès de tous aux marchés dans le respect des ressourcements naturels.

=> finis les crocs-en-jambes, finie la misère, fini le mépris d’autrui et de la Nature !
Ce que les UL appellent la concurrence libre et non-faussée, ce n’est pas Vive la Liberté (!), et Vive la Transparence (!), mais ils veulent rétablir le droit naturel (car la Nature le permet) de pouvoir exploiter impunément (car la société vraiment démocratique le punit) l’esclavage, les paradis fiscaux, la pollution, et le saccage des écosystèmes, ==> retour aux conditions de vie pré-humaines, aux crocs-magnons, lorsque le mensonge, le vol, le viol, la triche, la violence, l’ignorance … tenaient lieu de modèles ​(puisque Naturels !!!) ​à tous les comportements de nos anc​êtres ! ;
​En clair : il y a des quantités de vocabulaires qui voient ainsi leur sens détourné, et qui rendent ainsi nos moyens de penser de plus en plus ambigüs et difficiles, qu’il faut sans cesse redresser, au lieu de simplement pouvoir choisir le mot le plus adéquat, qui a changé de sens, corrompu par les UL, et que nous devons remplacer dès lors chaque fois par des périphrases de plus en plus compliquées à faire passer pour redresser le sens du langage courant authentique;

Ce que je veux dire, tu vois : c’est qu’en critiquant LA démocratie et LE progrès, plutôt que ces simulacres, cette pseudo-démocratie et ce pseudo-progrès qui nous f​on​t régresser vers la pré-humanité, les journalistes qui le font nous rendent la lutte encore plus difficile, au lieu de serrer l​es coudes en dénonçant comme nous tous ces simulacres, ces mensonges éhontés, cette désinformation manipulatrice des valeurs les plus universelles de la véritable Humanité, la plus honnête et sincère.
​Et, puisque tu me dis que ces analyses stimulent tes approches contre l’UL et autres régimes anti-démocratiques, voici 3 autres exemples​ qui partent du Moyen-Orient et s’épanouïssent malheureusement dans le monde :
1/ J’ajouterai une autre corruption de vocabulaire, qu’il serait bon de corriger aussi : cela m’énerve d’entendre toujours parler de «l’État islamique», car ce n’est ni un État, ni «Islamique», mais bien «islamiste, puisqu’il instrumentalise l’Islam qu’il ne respecte pas du tout, pour faire passer ses idées inhumaines (décapiter, violer, torturer, détruire les traces de l’histoire de l’humanité, mépris des femmes…), et fait énormément de tort aux musulmans, auxquels il s’attaque d’ailleurs prioritairement (!!).

Là aussi, tu vois, cela ne fait que populariser son prétendu caractère religieux dont il se sert pour abuser les plus ignorants des musulmans, auxquels il impose ensuite ses idées machiavéliques :
Certains Maghrébins confondent les 2 thermes, et croient alors qu’on rejette les musulmans et tout ce qui est islamique quand on critique seulement les islamistes, et donc : il est d’autant plus difficile de leur expliquer que ce sont 2 termes différents, l’un respectant et l’autre ne respectant pas l’Islam, car ce sont les islamistes locaux qui leur inculquent cette confusion, justement pour la légitimer et renforcer l’idée que «les occidentaux» sont tous racistes envers eux.
Les mass-médias sont souvent complices, qu’ils soient ou non conscients du fait : en raison de leur manie de toujours refuser les explications approfondies nécessaires  –> La tyrannie de l’Audi-mat !!!
Et les ennemis du bien en profitent toujours très largement, en semant les confusions …et en laissant la rumeur faire le reste !
2/ C’est un stratagème semblable qu’utilisent les Sionistes :
Dire que des arabes ou maghrébins sont anti-sémites est une absurdité, car tous les hébreux, arabes, et quelques autres peuples de la corne d’Afrique parlent des langues sémitiques.   Cela ne préjuge pas, bien sûr, qu’il n’existerait as d’anti-sémitisme, mais alors correctement nommé : Rejet des peuples parlant des langues sémitiques !
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sémites
http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_sémitiques
Ce qu’on critique, ce n’est pas leur religion ou leur langue, mais leur idéologie d’apartheid, de colonisation, et de confiscation des ressources : la politique sioniste !  L’attribut anti-sémite ne peut plus rester l’arbre linguistique qui cache la forêt politique !

Et aussi leur constitution théocratique qui est donc incompatible avec la démocratie puisqu’elle institue une religion d’État.
Mais s’il est anti-démocratique de critiquer un peuple, et jugé blasphématoire de critiquer une religion car elle se croit sacrée, il est parfaitement démocratique et non blasphématoire de critiquer une idéologie politique, qui n’a rien de «sacré».
Eh bien c’est la raison essentielle pour laquelle les sionistes accusent d’anti-sémites, et donc anti-démocratiques, tous ceux qui critiquent leur apartheid sioniste, entretenant ainsi une confusion qui leur permet de poursuivre impunément leur sionisme scandaleux et injuste.   Il est plus que temps de pouvoir enfin commencer à remettre en question cette sâleté d’idéologie sioniste d’apartheid qui empoisonne tout le Moyen-Orient depuis au moins la dernière guerre mondiale (1945), et qui a déjà largement commencé à s’étendre au monde entier en raison du laxisme de la conscience internationale qui tolère toutes ces injustices malgré les nombreuses résolutions Onusiennes desquelles les sionistes se moquent et auxquelles ils envoient des pieds-de-nez effrontés.   Encore une fois, en effet : Ce ne sont pas ces résolutions Onusiennes qui sont hypocrites, mais ceux et celles qui s’emploient impunément à les ignorer, et plongent l’humanité à la merci du non-droit !
Tant que l’on ne devra pas respecter un même cadre de valeurs humanistes partout, on ne pourra plus les respecter nulle part, … PQ ?: à cause de la concurrence déloyale, puisque respecter les salaires, la sécurité sociale, et les besoins de ressourcement de la Nature est forcément plus cher, valeurs ajoutées sans cesse méprisées par les UL à toute époque (depuis les crocs-magnons) et de tout acabit, que ne pas les respecter !!!

3/ En outre, le sionisme et l’injustice de son impunité sont une composante essentielle du terrorisme islamiste, qui s’en nourrit, et de l’islamophobie qui en est la réaction conséquente!

Arrêter cette confusion, en qualifiant d’anti-sionisme ce qui critique le sionisme et non la langue des arabes et des hébreux, empêchera dorénavant de cacher le sionisme et de le maintenir dans l’impunité, obligera sa remise en question, et rétablira enfin, peu à peu, la paix entre les peuples concernés.  Apprenons l’usage distinct des mots d’anti-sémitisme et d’islamisme, d’anti-sionisme, anti-judaïsme, islamophobie ou anti-islamique.   Si nous n’avions pas appris à distinguer les Nazis des Allemands l’Europe serait restée noyée dans la guerre !

Mais toute réforme de ce genre est lente à se digérer, ce qui explique que les racismes sioniste et islamiste, se nourrissent de nos crises mondiales et amplifient tous nos débordements dérégulés, incontrôlés, non-sanctionnés, …, pour fusionner les délires UL (de lutte des classes)  avec les délires racistes dans ce hoquet anti-civilisationnel actuel : Il n’est jamais trop tard pour se remettre en questions, mais nous avons déjà dépassé le pic du pétrole, de nombreuses ressources minières, du climat, de la biodiversité, des réserves d’eau potable, …il me semble bien que nous ne sommes plus au bord, mais désormais déjà engagés dans l’œil du cyclone qui nous éloigne de tout espoir de paradis possible : espèces, cultures, et énergie fossile irremplaçables ; équilibres climatiques, biocéniques, et sociétaux pour longtemps irréversibles car leur renaissance, spontanée ou laborieuse, demanderait déjà des siècles sinon des millénaires !

Marc Gilson

Publicités