Retirez ce fichu foulard de la tête !

Mes chères voilées,

Les différents voiles
Les différents voiles

Il est grand temps que vous comprenez, qu’en Belgique, beaucoup ne veulent pas de cette identité. Certains ont encore du mal avec les prénoms et noms de famille exotiques, il ne faudrait surtout pas que même votre apparence soit différente de la leur.

Non, cessez de vouloir choisir par vous-mêmes, car cette expression bien qu’elle soit connue également en Occident, ne fera que vous fermer des portes. Et pas n’importe quelles portes, celles de l’éducation et de l’emploi !

Oui, plusieurs pensent que ce bout de tissus sur la tête vous a été imposé, qu’il symbolise l’image de la femme oppressée et de ce fait, il ne convient pas de l’accepter. D’autres, refusent de croire que cela soit applicable dans certains contextes, comme à l’école ou dans des métiers publics. Ils ont décidé de choisir pour vous, oui, vous les voilées sans cervelle, qui ne savent pas faire apparemment le bon choix! Que vous soyez adulte ou pas, cela ne change pas : vous n’êtes habile à décider par vous-mêmes…

Et tant pis si vous êtes belge, vous entendrez toujours des remarques de ce genre: « Mais il faut accepter de le retirer, moi lorsque je vais dans un pays musulman, je respecte leurs coutumes ». Oui, je sais, cela vous énerve, car vous n’avez souvent, aucun rapport avec ces pays musulmans. Comme si l’islam était particulière à une région donnée et qu’il n’était pas possible d’être belge et musulman. Ah si, cela est possible, mais cela dépend de quelle manière… Votre foulard sur la tête, par exemple, n’est pas acceptable et ce, même si cela enfreint vos droits fondamentaux.

Mes chers voilées,

Il fallait choisir une autre religion, pourquoi pas devenir soeur dans un couvent? Elles, elles ont encore le droit de porter leur voile. Pourquoi ne pas porter une perruque ? Comme certaines juives pratiquantes? Ils n’y verraient que du feu !

Vous investir dans la société? S’impliquer comme vous êtes ? Mais quelle idée ! Non, nous allons faire en sorte de vous enfermer dans votre monde, afin que vous n’existiez pas dans la vie active. Et tant pis, si vous souhaitiez avoir accès à l’enseignement ou à un emploi quelconque. Et tant pis encore, si vous désiriez devenir des femmes autonomes et accomplies. Non, vous finirez, comme beaucoup de femmes, sans revenus, cherchant des alternatives à cette, disons-le, discrimination.

Plusieurs années de cela, Amnesty International avait dénoncé ce qui se passait pour ces femmes portant ce fichu foulard sur la tête. Mais il semblerait que l’on ne s’intéresse plus vraiment aux droits des minorités. Non, il faudra choisir: le retirer et accéder à l’emploi et à l’enseignement, ou rester chez vous éternellement. C’est cela la réalité belge!

Oui, vous allez souvent, ne pas accepter, que l’on décide pour vous, ce qu’est d’être femme et comment se vêtir en Occident. Aussi, vous allez porté plainte et là, on vous donnera souvent raison, mais cela ne fera pas en sorte que l’on vous introduira dans les domaines que vous souhaitiez investir. Car au bout du compte, c’est ce que vous voulez n’est-ce pas ? Vous investir dans la société ? Vous n’attendez pas que l’on vous fasse de la charité! Puis, certains s’étonnent que des écoles islamiques s’ouvrent, et que cela intègre un communautarisme conséquent. Mais il faut savoir ce que l’on veut: accepter la diversité belge en respectant les différentes expressions de la pudeur ou créer des murs entre les gens!

Mes chères voilées,

Ikram Benaissa
Ikram Benaissa

Un jour, un représentant chrétien arabe de Syrie a prononcé le plus naturellement ces mots : « Nous sommes les églises de l’islam ». Quelle prestance ! Vous ne trouvez pas ? Espérons qu’un jour, vous pourrez dire fièrement : « nous sommes les voilées de l’Occident ». En attendant, il va falloir beaucoup de patience…

BEN AISSA Ikram

Ecrivaine.

Publicités