Solidarité avec le Rif

Nous appelons à une soirée de solidarité,  le vendredi 09 juin à Lille, Grand-Place (métro Rihour), à partir de 20h00.
(Soupe Solidaire à 22h00)

La population du Rif (Nord du Maroc)  en danger !
Répression, arrestations et violations des droits humains.

La  situation à Al Hoceima et dans la région du Rif, au nord du Maroc, devient extrêmement inquiétante et alarmante !

En effet, depuis le 26 mai dernier, une  répression terrible et une vague d’arrestations et d’enlèvements s’abattent sur le mouvement populaire du Rif (Hirak). L’état marocain semble poursuivre cette politique répressive, à l’encontre des manifestants pacifiques, en violation flagrante des droits  humains les plus élémentaires et montre, encore une fois, son visage sanguinaire et criminel.

Nous  comptons à l’heure actuelle, plus de 80 arrestations et enlèvements, dont certains déclarés par les autorités et d’autres sans nouvelles !

Cela fait maintenant un peu plus de 7  mois que la mobilisation populaire dans le Rif dure et s’intensifie au fur et à mesure du mépris de l’état marocain depuis la mort atroce de Mohcine Fikri, jeune vendeur de poisson, broyé dans un camion-benne, sous les yeux des autorités, en tentant de récupérer  la marchandise que ces derniers lui ont confisqué.

Cet acte criminel est symptomatique de  l’humiliation et de la Hogra quotidienne que subit la population de la région (comme d’autres régions du Maroc dit “inutile”). C’était le symbole d’un régime qui broie ses citoyens en toute impunité depuis des décennies et qui continue à broyer leur dignité  et par conséquent tout espoir de justice sociale et tout espoir d’un état de droit et d’une véritable démocratie.

C’est ainsi que la population d’Al Hoceima  et de la région du Rif est sorti, de façon pacifique et non violente, dans la rue pour réclamer justice pour Mohcine Fikri en premier lieu. Puis, les revendications se sont élargies tout naturellement à des revendications sociales et économiques, ainsi qu’ à la levée de la militarisation de la région. Des revendications sommes toutes banales, des écoles et universités pour s’instruire, des hôpitaux pour se soigner, des investissements pour donner à une population longtemps marginalisée le droit à un travail
digne, et des infrastructures et des services publics pour désenclaver la région.

Face à ces revendications justes et légitimes, le régime marocain, répond comme à son habitude par le mépris et la violence.

En  effet,  après quelques  annonces de  mesurettes  visant à calmer les ardeurs des manifestants, l’état répressif marocain a usé de la violence dans tous ses états, physique et symbolique, allant du dénigrement des manifestants en les insultant et en les accusant de “fitna”  discorde/trouble), de  séparatisme, de traîtrise et d’être à la solde d’ennemis extérieurs du royaume pour décrédibiliser le mouvement et l’isoler du reste de la population, en passant par ses appareils de propagande, notamment les partis politiques inféodés au régime, les médias  à sa solde et le discours religieux à travers ses mosquées, mais aussi en s’appuyant sur les “baltajias”, cette horde de barbares armée du portrait du roi dans une main et d’une arme blanche dans l’autre, dont le but est de semer la terreur et la zizanie au  sein des manifestants pacifiques et au sein de la population.

Ce choix de la politique répressive a  atteint son apogée avec les arrestations de ces derniers jours. Ces détenu(e)s politiques se retrouvent poursuivis par des chefs d’inculpation très graves tels que “atteinte à la sécurité intérieure de l’état”, “tentative d’homicide volontaire” ou encore “perception d’aides financière et logistique de l’étranger, destinées à mener une propagande de nature à porter atteinte à l’intégrité du royaume, ainsi  qu’à ébranler la fidélité que les citoyens doivent à l’État et aux institutions” …etc. Le comble de l’absurde et de l’arbitraire pour des manifestants pacifiques et non-violents et pour des revendications socio-économiques justes et légitimes !

De plus, le déroulement des arrestations et des gardes à vue ont connu
des violations graves des droits humains les plus élémentaires en la matière; refus aux détenus d’accès à leurs avocats, traces visibles de violence et de blessures sur certains détenus, non-communication des noms de tous les détenus et des lieux de leur détention, violation de la vie privée et saccage des biens des détenus et de leurs familles sans parler des insultes et des menaces (notamment de viol !) .

Face  à cette situation désastreuse,

  • Nous condamnons avec la plus grande fermeté cette politique répressive de l’état marocain.
  • Nous exigeons la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes détenues et l’abandon de toutes les charges à leur encontre.
  • Nous appelons l’état marocain au respect des droits humains et aux  libertés fondamentales, notamment la liberté d’expression, de manifestation et la liberté de la presse.
  • Nous réaffirmons notre soutien indéfectible aux revendications justes  et légitimes du mouvement populaire du Rif.
  • Nous saluons la persévérance du mouvement dans son choix de la non-violence  malgré les intimidations et les provocations et malgré les arrestations et la répression.
  • Nous saluons l’élan de solidarité et les manifestations de soutien
    au mouvement, dans les autres villes du Maroc et en Europe.
  • Nous  lançons un appel à la construction d’un vaste mouvement de solidarité internationale.
  • Nous  appelons toutes les forces démocratiques (ong, associations, syndicats, partis politiques…) progressistes et soucieuses du respect des droits humains et des droits des peuples à la liberté, à la dignité et à la justice sociale, ainsi que toutes et tous les
    épris de justice, en France, en Europe et partout dans le monde à se joindre à ce mouvement de solidarité internationale et à exprimer leur indignation et leur soutien aux opprimés du Rif et à briser leur isolement.
  • Nous  appelons, dans un premier temps, à une soirée de solidarité,
    le vendredi 09 juin à Lille, Grand-Place (métro Rihour), à partir de 20h00. (Soupe Solidaire à 22h00)

    Premiers signataires:

  • Comité lillois de soutien au mouvement populaire dans le Rif
  • Comité lillois pour la dignité et contre la hogra
  • Association Marocaine des Droits Humains (AMDH-Nord/France)
  • AGRAW
    TIWIZI59
Publicités