Archives pour la catégorie Chérif BOUDELAL

Dossier analytique d’une situation dramatique

Le pillage du tiers-monde et ses conséquences

(Par Chérif Boudelal El-Boukhdachi)

Des politiciens et médias occidentaux parlent souvent des conséquences des migrants qui arrivent chez eux sans parler de leurs causes, et ce afin de laisser leurs peuples dans l’ignorance de la vérité historique. D’autres ne veulent pas en parler soit par pudeurs, soit pour éviter de désigner leurs gouvernants et entreprises comme étant les responsables de la famine qui ravage les pays du tiers monde dont ils voient affluer chez eux une partie de leurs ressortissants ; c’est-à-dire ceux qui ont eu la chance d’échapper au naufrage lors de la traversée des mers qui engloutie tous les ans des milliers d’entre eux.

Ils parlent du « terrorisme islamique » sans parler de ceux qui agissent dans l’ombre (qui n’ont aucun rapport avec l’Islam), qui planifient les attentats, financent les terroristes, leur livrent des armes et leur donnent des ordres à exécuter. Autrement dit ceux qui donnent des ordres aux mercenaires en agissant pour le compte des services occultes au sein des Administrations des États qui ont des intérêts à ternir l’image des Arabe et des Musulman à des fins idéologiques, et à déstabiliser le monde arabo-musulman. Ces agents agissent de façon ultra secrète, à l’instar du « Service d’Action Civique » en France, des années 1950-1960-1970 : « La pègre embusquée » composée de truands de tout acabit au sein même des services de l’État, à l’insu de son chef bien entendu – voir le livre de Patrice Chairoff : « dossier b comme barbouze », éd. Alain Moreau, 1975.

Quant aux exécutants sont recrutés bien sûr parmi les jeunes exclus des sociétés occidentales, les choisissant au sein des communautés musulmanes pour justifier leurs accusations contre un « Islam extrémiste/radical » qui attaque « leur démocratie », soit par jalousie soit par haine. Et quand le terroriste est de « souche européenne », on le présente à l’opinion comme étant « un converti », pour enfoncer encore le clou et accuser l’Islam comme étant violent de nature, et de surcroît il détoure leurs enfants du droit chemin.

Bien entendu les recruteurs sont choisis parmi les connaisseurs de l’Islam (des mercenaires arabisants) pour pouvoir influencer leurs futures victimes, qui sont généralement des laissés-pour-compte parmi les jeunes exclus qui n’ont rien à perdre, auxquels on propose des sommes d’argent colossales pour commettre des attentats, tuer des innocents et se faire tuer eux-mêmes au nom de l’Islam – en leur « assurant une place au paradis » s’ils sont morts ! Alors que ces jeunes ignorent tout de cette religion hormis quelques phrases qu’on leur fait apprendre par cœur, comme « Allaho Akbar » ; une phrase devenue stéréotype. Celle-ci est prononcée par tous les exécutants du terrorisme, partout dans le monde, pour ne laisser aucun doute sur l’identification du terroriste en question : il ne peut être que musulman. Et, malheureusement, une partie de l’opinion avale tout ce que les médias lui rapporte.

Le terrorisme économique des plus forts

L’ordre économique mondial instauré par les grandes puissances occidentales, sous le patronage des USA, s’est distingué par le pillage des richesses naturelles des pays du tiers-monde et l’appauvrissement de leurs peuples. Ce pillage est la cause directe de l’exode d’une partie importante des ressortissants de ces pays appauvris, vers les pays occidentaux les plus riches. Ceux qui s’indignent aujourd’hui de voir déjà « la France africaine » – « La France africaine » est le titre de l’un des livres de Jean-Paul Gourévitch « spécialiste de l’immigration » – n’expliquent pas à leur peuple ou à leurs lecteurs pourquoi ces migrants abandonnent leurs pays et leurs familles pour venir chercher du travail chez eux.

La réalité est tellement simple à voir, à entendre et à comprendre que les spéculateurs de la misère ne veulent pas en entendre parler. Ils ne veulent pas en savoir soit par « pudeur » soit par indifférence, voire par mépris envers ceux qui souffrent de cette misère que leurs sociétés multinationales leur ont créée en pillant leurs richesses.

Hier ces peuples souffraient de l’occupation de leurs pays et de la spoliation de leurs richesses par les colons qui les occupaient, aujourd’hui ils continuent de souffrir de la pauvreté car leurs richesses sont encore spoliées par les sociétés économiques occidentales, sous la bonne protection de leurs bases militaires implantées sur place. Voilà un terrorisme d’État exercé par les grandes puissances contre les pays du tiers-monde et leurs peuples. Ce sont ces informations que les médias, les politiciens et intellectuels français devraient donner à leurs concitoyens avant de s’étonner des flux migratoires qui « envahissent » leur pays.

Maintenant les immigrés irréguliers ne se cachent plus ; ils ne sont pas des clandestins mais seulement des sans-papiers et sans droits. Les pays dits d’accueil sont obligés de leur offrir nourriture, logements, habits et parfois même de l’argent de poche, en attendant d’étudier leurs dossiers. Ces migrants qui affluent vers l’Eldorado de la misère occidental n’ont pas d’autres choix ; c’est une question de vie ou de mort pour eux et leurs familles. Une fois sur place les migrants découvrent autre chose : cet « Eldorado » est seulement imaginaire puisque la réalité leur fait souvent de mauvaises surprises en découvrant une autre misère, aussi bien en France qu’ailleurs en Occident. Sangatte et la Jungle de Calais (au Nord de la France) en sont la preuve évidente.

Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants appartenant à des pays du tiers-monde meurent tous les ans en traversant la Méditerranée, l’Océan atlantique ou la Mer Rouge ; ou encore en voyageant dans des camions citernes et autres moyens de fortune. Par ailleurs, des migrants montent clandestinement dans des bateaux marchands, et lorsqu’ils sont découverts en pleine mer ils sont jetés par-dessus bord par des matelots obéissant aux ordres de leurs supérieurs.
Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 180 migrants venant de la corne de l’Afrique ont été jetés par-dessus bord des bateaux en moins de 24 heures, au large du Yémen (information rapportée par le journal « Le Point » en août 2017). Il est arrivé même que des jeunes migrants montent et voyagent dans les soutes des avions au péril de leurs vies.

En juin 2000, cinquante huit chinois ont péri asphyxiés dans un camion citerne en traversant l’Europe pour se rendre en Grande Bretagne. Dans les deux premiers mois de l’année 2001, des dizaines de personnes, pour la plupart des Marocains, ont péri noyées en essayant d’atteindre les côtes espagnoles. En février 2001, un bateau transportant 912 personnes, hommes, femmes et enfants (des Kurdes de nationalité turque et irakienne, plus un couple palestinien) qui, d’après la presse, avaient embarqué en Turquie pour une destination inconnue, en vue de trouver un pays qui les accueille. Ils avaient accosté sur la côte varoise, au Sud-est de la France, où des associations humanitaires, des représentants de l’État et la population locale les ont accueillis et pris en charge en attendant d’étudier leurs cas.

En août 2002, une barque surchargée de « clandestins », allant des côtes marocaines vers l’Espagne avait chaviré. Un seul jeune avait été sauvé par un bateau algérien : 26 de ses compagnons avaient péri noyés. Des dizaines d’autres cas semblables se produisent tous les ans dans ce genre d’aventure vers l’« Eldorado occidental » de la misère.
En juin 2003, un bateau transportant 250 personnes (en majorité originaire d’Afrique noire), en partance de Libye et en direction de l’Italie, a chaviré au large des côtes tunisiennes : seuls quatre survivants ont été repêchés.

Des Africains de l’Est, notamment des Éthiopiens, Somaliens et Érythréens traversent la Mer Rouge par milliers pour aller chercher du travail dans les pays du Golfe arabique. Et là aussi la traversée de la mort fait des centaines de victimes tous les ans.
En plus des ouvriers qui viennent chercher du travail en Europe, il y a des réfugiés politiques, demandeurs d’asile territorial qui fuient les tyrannies de leurs régimes, ou les guerres civiles chez eux. Ces régimes tyranniques et ces guerres sont aussi entretenus et encouragés par les régimes occidentaux qui ont des intérêts à protéger dans les pays du tiers-monde, au détriment des peuples affamés.

L’égoïsme des humains fait que ceux qui ont des richesses se barricadent pour en priver les autres qui viennent frapper à leurs portes, non pas pour leur demander de l’aumône mais pour demander du travail. Les Mexicains traversent tous les jours les frontières pour se rendre aux États-Unis d’Amérique, et ce malgré la surveillance accrue par des gardes frontières US qui tuent plusieurs dizaines d’entre eux tous les ans. Les USA érigent même un mur d’apartheid à l’israélienne pour empêcher les migrants d’entrer chez eux ; et le président Trump ose même réclamer du gouvernement mexicain d’en payer la facture. L’immoralité et la folie des grandeurs de ceux qui, en ayant une puissance économique et militaire, se croient tout permis.

La générosité forcée

Certains des régimes Occidentaux, bien qu’ils gardent toujours leur cupidité et leur esprit colonial, se font un cas de conscience aujourd’hui en voyant défiler chez eux des milliers de migrants tous les mois. Ils se proposent même de mettre la main dans la poche pour qu’ils restent chez eux. Certains d’entre eux comme la France, la Grande Bretagne, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie et les Pays Bas, proposent aujourd’hui aux sans-papiers des aides au retour. Ce n’est certainement pas par remords mais parce que cette misère arrive chez eux à travers ceux qu’ils ont affamés eux-mêmes dans leurs pays d’origine.

Ils suggèrent même aux gouvernements « exportateurs de migrants » des projets d’aides au développement économique leur permettant de créer des emplois et garder chez eux leurs ressortissants. D’autres encore leur effacent une partie des dettes dont les intérêts dépassent souvent plusieurs fois la dette principale, et donc ils appauvrissent davantage ces pays et leurs peuples. S’ils leur effacent les dettes c’est parce qu’ils savent que ces pays sont saignés à blanc et ne pourront jamais leur payer totalement les intérêts bancaires.
Il est toujours utile que ces gouvernements reconnaissent aujourd’hui, même timidement, leurs responsabilités dans l’appauvrissement des peuples du tiers-monde et proposent des solutions pour endiguer l’arrivée de migrants qui affluent chez eux tous les jours, du moins ceux qui échappent à la mort.

L’ex Président français, Jaques Chirac, avait même avoué publiquement le pillage de l’Afrique par l’Occident en disant ceci : « Une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de l’exploitation de l’Afrique… Il faut avoir un petit peu de bon sens, je ne dis pas de générosité, de bon sens, de justice, pour rendre aux Africains ce qu’on leur a pris ; d’autant que c’est nécessaire si on veut éviter les pires convulsions ou difficultés, avec les conséquences politiques que cela comporte dans le proche avenir ».

Voilà un homme de droite, un défenseur du capitalisme pur et dur qui reconnaît que son État avait participé au pillage des pays d’Afrique, et demande de rendre à ceux-ci au moins une partie des richesses volées, car la nécessité l’exige. La France aurait effacé 28 Milliards 105 Millions d’Euros de dettes à plusieurs pays africains.

Le FMI affameur des peuples

Les capitalistes occidentaux ont inventé des organismes bancaires et financiers pour piéger les dirigeants des pays du tiers monde. Parmi ces organismes on peut citer le F.M.I. (Fonds monétaire international) et la Banque mondiale (dite d’aide au développement) qui favorisent l’endettement des pays du tiers-monde ; ces derniers collaboration étroite avec les sociétés multinationales qui opèrent dans ces pays.
L’objectif déclaré du FMI est de « promouvoir la coopération monétaire internationale, garantir la stabilité financière, faciliter les échanges internationaux, contribuer à un niveau élevé d’emploi, à la stabilité économique et faire reculer la pauvreté », etc. Or, en réalité c’est un système bancaire qui appauvrit davantage les pays du tiers-monde en les endettant, au profit des capitalistes occidentaux qui exploitent et pillent leurs richesses, et ce sous l’œil attentif et complice de l’ONU.

Ce système bancaire consiste à imposer aux pays endettés de payer des « services », aux organismes financiers qui leur prêtent des fonds, c’est-à-dire des intérêts bancaires, représentant des sommes colossales, parfois supérieures aux sommes prêtées. D’autre part les pays endettés ne voient pas la couleur de ces « sommes prêtées » puisqu’elles vont directement dans les caisses des sociétés économiques des pays prêteurs sous forme de vente de matériels et de services; par ailleurs les pays emprunteurs sont obligés d’octroyer les marchés économiques aux entreprises des pays prêteurs, en échange de « leur générosité ».

Ce système alourdit considérablement les dettes des pays concernés et les rend dépendants des politiques des pays prêteurs durant la période du paiement échelonné qui peut durer des dizaines d’années. Ceci signifie que la Banque Mondiale et le FMI sont loin d’aider les pays du tiers monde comme ils le prétendent ; au contraire, ils les plongent davantage dans le sous-développement et affament leurs peuples.

Le vol des richesse des ces pays est cautionné par les gouvernements grandes puissances qui y disposent de bases militaires pour assurer la sécurité de ces entreprises et organismes financiers qui spolient les richesses de ces pays ; et ceci se fait au détriment des peuples affamés de ces pays qui n’arrivent pas à sortir du sous-développement à cause du pillage de leurs richesses par les sociétés multinationales.

Par le biais de de leurs organismes financiers prêteurs, les pays développés dictent aux pays endettés la façon dont ils doivent gérer leurs propres institutions et secteurs économiques. Ils leur imposent même de limiter les personnels des secteurs stratégiques concernés par le financement, telles l’Éducation nationale, la recherche scientifique, etc. Par leurs bourses ils fixent les prix des matières premières qu’ils importent de ces pays. Et par ailleurs ils détournent les cadres universitaires de ces mêmes pays afin de les empêcher de se développer.

Pour « légaliser » leurs pillages, les impérialistes utilisent même les services de différents ONG (organisations non gouvernementales) d’aide au développement afin de se donner une apparence humanitaire. Le Congrès US vote des budgets spéciaux destinés à financer des ONG opérant dans ces pays, comme les fondations, instituts, médias, syndicats, mouvements opposants aux régimes dans tous les pays où ils ont des intérêts à protéger ou à acquérir, dans le but de déstabiliser de l’intérieur les régimes qui ne se plient pas à leurs politiques.

Par le truchement de ces aides empoisonnées, les pays industrialisés financent des secteurs et interdisent aux pays emprunteurs d’utiliser les financements des sommes prêtées dans certains secteurs stratégiques qui déboucheraient sur des diplômes hautement spécialisés, ou de créer des centres universitaires de recherches scientifiques ; mais ils leur proposent d’envoyer leurs étudiants faire des études chez eux en Occident, en les choisissant parmi les meilleurs, et ce moyennant des bourses d’études.

Ainsi, des milliers d’étudiants des pays du tiers-monde sont admis tous les ans dans les universités de chacun de ces pays développés. Une fois leurs études terminées, ils leur font des offres alléchantes pour les garder chez eux. Ils leur proposent du travail et des salaires plusieurs fois supérieurs aux salaires que ces universitaires pourraient percevoir chez eux. Ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez pensent que les régimes occidentaux sont généreux ; ils ne pensent pas aux conséquences de ce pillage intellectuel sur l’avenir de leurs pays.

De cette manière le néo-impérialisme s’installe en douceur au nom des aides humanitaires dans ces pays du tiers-monde pour contrôler politiquement leurs régimes, en se servant de leurs richesses à leur guise au détriment des pays et peuples qu’ils affament. Par ces manipulations économiques et financières, le capitalisme vampire se fait passer pour une vache à lait qui nourrit les pays du tiers-monde, à l’instar « du sein nu de Marianne qui nourrit le peuple ».

L’aide empoisonnée au tiers-monde

Voici un constat effrayant d’une Afrique saignée à blanc par « la générosité occidentale. Il s’agit d’une enquête faite dans les années 1990 par Jean-Paul Gourévitch (spécialiste de l’immigration) qui cite dans son livre « L’Afrique, le fric, la France », la dette octroyée par des pays occidentaux à quelques pays africains. Il donne le chiffre de 1.500 milliards de francs français d’endettement dont 1.000 milliards pour la seule Afrique subsaharienne. Il affirme que les prêteurs (dont la France) ne prêtent qu’aux pays riches capables de rembourser leurs dettes. Le remboursement est garanti par les avoirs des chefs d’État des pays emprunteurs qui doivent avoir des comptes bancaires personnels dans les banques des pays créanciers occidentaux.

Ceci signifie que les États occidentaux qui prêtent à ces pays africains abritent dans leurs banques les comptes des chefs d’État « grands bandits » de ces pays qui pillent la part des richesses nationales que les sociétés occidentales leur laissent sur place. Ces présidents des « républiques bananières » – comme aiment les nommer les politiciens de la « démocratie occidentale » – sont généralement des militaires qui arrivent au pouvoir par des coups d’État et deviennent du jour au lendemain des milliardaires ; et ce grâce à la complicité des régimes occidentaux qui leur « thésaurisent » l’argent volé.

Et ce sont ces mêmes dirigeants des «  démocraties occidentales » qui donnent des leçons de morale en matière de démocratie et des droits de l’Homme à des régimes du tiers monde qui ne se soumettent pas à leur diktat.

Indépendances formelles

Avant de quitter ces pays africains, les colonisateurs ont mis au pouvoir de la majorité de ces pays leurs valets indigènes qui gouvernent leurs peuples respectifs avec une main de fer et servent avec fidélité leurs intérêts. Pour s’assurer de la « fidélité » de ces valets, les ex colonisateurs ont laissé sur place leurs bases militaires pour les protéger de leurs peuples.
A chaque fois que les peuples de ces pays se révoltent contre leurs oppresseurs locaux, leurs protecteurs occidentaux interviennent « pour mettre de l’ordre » ! En clair, ils interviennent pour défendre les pouvoirs en place, ou les remplacer par d’autres afin d’y assurer le maintien intact de leurs intérêts, prêts à réprimer, voire à exterminer les citoyens qui refusent la domination étrangère chez eux.

Ainsi, par leur puissance militaire ils soumettent les dirigeants qui résistent à leur domination, sinon ils leur règlent leurs comptes par différents moyens. Tel était le sort de Patrice Lumumba (Congo), de Gamal Abdel Nasser (Égypte), de Salvador Allende (Chili), de Houari Boumediene (Algérie), de Che Guevara (Amérique Latine), de Thomas Sankara (Burkina Faso) . D’autres sont « pacifiquement » destitués s’ils ne veulent pas « coopérer positivement » avec eux ; c’était le cas de Mohammad Mossadegh (Iran).

Vol des richesses matérielles et intellectuelles

A travers ces organismes, les lobbies capitalistes occidentaux gèrent et volent les richesses des pays du tiers-monde grâce à leurs sociétés multinationales et aux spéculations boursières qui fixent les prix des matières premières des pays producteurs, dont ils ont besoin, bien en deçà de leurs valeurs réelles. Et par ailleurs ils détournent les cadres universitaires de ces pays en leur offrant des salaires alléchants dans le but de profiter de leurs compétences pour développer davantage leurs technologies, et d’empêcher ainsi ces cadres de participer au développement de leurs propres pays ; de cette façon, les pays du tiers-monde restent toujours dépendants de ces pays industrialisés.

Par leurs politiques néo impérialistes, les grandes puissances plongent les peuples du tiers-monde dans la misère et obligent une partie de leurs populations à prendre le chemin de l’exil vers les pays développés pour sauver leurs familles de la famine. C’est ainsi les pilleurs des richesses du tiers-monde reçoivent, depuis un temps, le retour du bâton bien mérité ; ils se voient rattrapés chez eux par leurs victimes, non pas pour les agresser ou les occuper mais pour leur vendre encore leur force de travail à vil prix.

Pourquoi les migrants des pays de l’Est ?

Nous voyons aujourd’hui des ressortissants des pays de l’ex URSS affluer vers les pays occidentaux. On peut se demander pourquoi vont–ils dans les pays occidentaux alors qu’ils n’ont pas été colonisés eux, et leurs richesses n’ont pas été spoliées par ces derniers non plus. A tout effet correspond une cause. Comme on sait que l’écroulement de l’URSS de Lénine est, en grande partie, l’œuvre des régimes occidentaux on en déduit que ces derniers ne sont pas innocents dans la propagation de la pauvreté dans ces pays d’où affluent des dizaines de milliers de migrants tous les ans pour atteindre l’Occident, à la recherche du travail pour faire vivre leurs familles.

En accueillant aujourd’hui chez eux « la misère du monde », les régimes occidentaux se doivent d’accepter la règle du jeu en assumant les conséquences dont ils sont la cause, de préférence avec philosophie, car ils ont créé eux-mêmes la misère à ces peuples.

Avant d’être atteints par la gangrène venant des sociétés occidentales de consommation, les peuples de « l’Est » n’avaient pas le luxe certes mais ils avaient le nécessaire pour vivre convenablement chez eux.

Or, depuis que Mikhaïl Gorbatchev, au pouvoir en URSS de 1985 à 1991, a vendu l’URSS aux lobbies capitalistes conduits par les USA, en suivant leur mode de « démocratie », la misère les a rattrapés. En six ans de pouvoir Gorbatchev a détruit tout ce que l’URSS avait construit durant 60 ans. En récompense de ses bons et loyaux services, les dirigeants US lui avaient proposé une chaire dans l’une de leurs universités en guise de mépris.

Après Gorbatchev viendra le président ivrogne de la Russie, Boris Eltsine, qui a dirigé ce pays de 1991 à 1999, ce qui lui a permis d’achevé l’œuvre de Gorbatchev, qui avait failli détruire tout l’arsenal militaire, entre autres ; et ce sous les yeux et les applaudissements sournois des puissances occidentales.

Tout le monde se souvient de l’image de Boris Eltsine, en dansant au Kremlin, ivre mort, devant son invité, le président des USA, Bill Clinton. Son invité était pris de fous rires pendant une conférence de presse associée, stupéfait devant ce saltimbanque aux commandes d’un grand pays nucléaire qui fut la plus grande puissance de la planète. Il était temps que le KGB intervienne pour sauver la Russie du pire.

Avant d’attraper le virus occidental, les peuples de l’ex URSS ne connaissaient ni chômage, ni drogue, ni prostitution; mais, maintenant ils ont attrapé tous ces vices que l’Occident leur a « généreusement offerts » ; et de plus ils ont hypothéqué leurs pays en acceptants les dettes du FMI et d’autres organismes financiers appartenant aux mêmes États impérialistes. Hormis la Russie, les autres pays de l’ex URSS sont devenus la raillerie des impérialistes occidentaux qui les ont poussés à s’autodétruire. Aujourd’hui, les USA les occupent par leurs bases militaires, en échange d’aides alimentaires et des armes pour faire face à la Russie qui se reconstruit peu à peu après avoir vécu un désastre durant le règne de Mikhaïl Gorbatchev et de Boris Eltsine.

Vingt-cinq ans après, ayant compris que les USA se sont servis de lui pour détruire l’URSS aux fins d’être la seule puissance qui domine le monde, Gorbatchev regrette sa trahison et a fait son autocritique ; mais c’était trop tard , le regret ne sert à rien vu l’ampleur de sa trahison.

La conférence de l’ONU sur les matières premières

Dès le début des années 1970, certains dirigeants des pays non-alignés aspirèrent à leur émancipation et commencèrent à nationaliser leurs richesses naturelles. Les pays producteurs des hydrocarbures s’organisèrent et imposèrent aux pays industrialisés de payer les matières premières à leurs justes valeurs : et ceci a créé une crise sans précédent au sein des pays industrialisés.

En 1974, ayant la présidence de l’assemblée générale de l’ONU, l’Algérie avait organisé, au siège de cette organisation à New York, une conférence sur les matières premières sous la présidence du ministres des affaires étrangères de l’époque, l’actuel président algérient, Abdelaziz Bouteflika. A cette époque-là il fut un adepte de Boumediene qui voulait un socialisme à l’algérienne dans son pays, c’est-à-dire une Algérie libre et indépendante.

Lors de cette conférence, le président algérien était mandaté par l’organisation des pays non-alignés pour proposer un nouvel ordre économique international (NOEI), qui mettrait fin à l’injustice des grandes puissances vis-à-vis des pays du tiers monde producteurs des matières premières, les payant à un prix dérisoire.

Le Président algérien (Houari Boumediene), lors d’un discours fleuve de plusieurs heures, avait exhorté les dirigeants des pays développés à traiter les affaires avec les pays du tiers-monde sur le même pied d’égalité, en payant les matières premières qu’ils importent à leurs justes valeurs. Il les mit en garde, en préconisant que s’ils continuaient à appauvrir les pays du tiers-monde en accaparant leurs richesses, les populations affamées iraient en masse chez eux, en Occident, pour chercher du travail, et personne ne pourra les en empêcher car ils n’auront pas d’autres choix. Mais les dirigeants occidentaux, arrogants qu’ils étaient, ne l’entendaient pas de cette oreille et continuaient à piller les richesses des pays du tiers-monde comme avant.

Si les dirigeants arrogants et égoïstes des pays occidentaux avaient ignoré les mises en garde et prévisions du Président algérien, en le considérant comme leur ennemi numéro un qu’il fallait abattre, l’histoire lui a donné raison. Quarante ans après son discours, la réalité ne cesse de nous prouver qu’il avait vu juste. Il avait prévu la famine qui a touché aujourd’hui les peuples du tiers monde ainsi que l’exil d’une partie d’entre eux vers l’Occident.
Aujourd’hui certains écrivains et spécialistes de l’économie citent volontiers la déclaration de Boumediene comme référence, pour rappeler à ces dirigeants occidentaux qu’ils font payer à leurs peuples aujourd’hui le prix de leur arrogance.

Quand le chat est absent les souris dansent !

Depuis la nationalisation des sociétés pétrolières françaises en Algérie par le Président Houari Boumediene, en 1971, suivie par plusieurs pays producteurs de matière premières, la crise capitaliste (dite crise pétrolière) de 1973 a frappé les pays industrialisés de plein fouet. A partir du moment où ils avaient commencé à payer les hydrocarbures à un prix raisonnable aux pays producteurs ils ont connu une crise sans précédent, au point que des milliers d’entreprises ont fermé leurs portes dans chacun de ces pays. Du coup ces derniers se sont retrouvés avec des millions de chômeurs sur les bras, et la misère commença à les hanter, comme le tiers monde qu’ils ont pillé et affamé eux-mêmes.

Cependant, depuis la disparition de Boumediene (de mort naturelle nous dit-on) en 1978, le nouvel impérialisme a retrouvé sa chasse gardée d’autrefois dans le tiers-monde. Si on excepte quelques États d’Amérique latine, l’Iran et la Corée du Nord, tous les dirigeants des pays du tiers-monde sont sous la botte des USA. A l’instar des autres leaders anti-impérialistes du tiers-monde qui ont péri avant lui, le Président algérien n’avait aucune chance face à ses ennemis dotés de toutes les ruses et armes les plus sophistiquées. Après avoir échappé à plusieurs attentats avec arme à feu, il a été liquidé en douceur, foudroyé par l’arme fatale d’« un caillot de sang dans le cerveau » qui ne lui avait laissé aucune chance de survivre.

Par qui et comment a-t-il été provoqué ce caillot de sang ? C’est le mystère total, bien gardé jusque à ce jour, aussi bien par les médecins légistes et les chirurgiens soviétiques qui l’ont opéré que par les gouvernants algériens qui l’ont succédé, et tendent à effacer toute trace de de lui de l’Histoire, exactement comme on a fait à Nasser en Égypte.

Ce qui est sûr c’est qu’il est allé trop loin aux yeux des planificateurs de son assassinat non déclaré ; et donc il devait payer pour sa ténacité et sa détermination de lutter contre l’injustice des grandes puissances vis-à-vis des pays et peuples du tiers-monde. Sa disparition a laissé un grand vide derrière lui ; depuis sa mort le peuple algérien est devenu orphelin et le tiers-monde handicapé, sans guide ni défense entre les griffes de fauves affamés.

Les ex puissances coloniales, comme la Grande Bretagne et la France (devenues le quart monde occidental) sont arrivées au bord de la faillite à cause de leur obéissance aveugle à la politique impérialiste des USA ; elles les suivent tête baissée dans leurs guerres contre le « terrorisme islamique » ; terrorisme qui a été inventé par les USA eux-mêmes afin de justifier leurs croisades pétrolières vis-à-vis de leur peuple, et entraîner derrières eux des États supplétifs dans les guerres qu’ils mènent contre les peuples du Proche et Moyen-Orient riches en hydrocarbure.

D’autres font des guerres contres des peuples par procuration, comme l’Arabie Saoudite et les Émiraties du Golfe (serviteurs fidèles aux USA), qui bombardent depuis deux ans le peuple yéménite, tuant et blessant des centaines de milliers et provoquant famine et épidémies, entraînant la mort des centaines d’enfant tous les mois.

Se libérer du joug US

Ce sont les USA qui ont entraîné derrière eux, à plusieurs reprises, une partie des États qui composent l’ONU dans des guerres meurtrières, comme en Afghanistan, en Irak, au Yémen, en Libye, en Syrie, et la liste risque de s’élargir encore. La France dépense des milliards d’euros tous les ans dans les guerres, alors qu’elle a une dette de 2200 milliards d’euros en 2017 ! Dettes qu’elle aurait pu éviter si elle n’avait pas suivi les USA dans leurs croisades pétrolières, qui ont commencé en 1991 contre l’Irak, entre autres. Et de plus elle s’attire des hostilités des peuples qui subissent les affres de ces guerres.

A quand la France et les pays membres de l’Union européenne se libèrent du joug US qui commence à peser lourd sur leurs peuples ? Leur libération interviendra certainement lorsque leurs dirigeants cesseront d’accepter tout des USA, y compris lorsque ces derniers portent atteintes aux valeurs universelles, dont les membres de l’UE se réclament.

L’espoir de se libérer pour مes pays du tiers-monde réside dans une alliance forte entre les peuples pour faire face à la domination de l’impérialisme tentaculaire des USA et leurs acolytes. Si un changement positif en faveur d’une même justice pour tous les peuples pouvait se produire un jour dans la politique de l’Union européenne, la domination de l’impérialisme US ne sera qu’un mauvais souvenir pour ceux qui en souffrent depuis longtemps. Mais d’ici là il y a un long chemin à parcourir et de gros efforts à faire ; car la servitude volontaire de la majorité des dirigeants des pays du quart monde et du tiers-monde est toujours d’actualité, et elle n’est pas prête de disparaître.

Le retour du bâton

Les grandes puissances occidentales paient aujourd’hui le prix de leur cupidité et de leur arrogance : elles reçoivent le retour du bâton de la misère qu’elles ont créée elles-mêmes aux peuples du tiers-monde. Les migrations massives qui arrivent en Europe depuis quelques années posent problème aux pays dits d’accueil. Cela a même posé « un cas de conscience » à certains dirigeants européens qui cherchent maintenant à trouver « des solutions » aux pays d’origine de ces migrants qui entre chez eux par effraction.

Après tout pourquoi pas ? S’ils sont sincères dans leur intention et veulent réparer leurs erreurs passées, ils doivent d’abord reconnaître leur responsabilité dans l’appauvrissement de ces peuples. Ensuite, ils doivent réviser leurs politiques vis-à-vis des pays dont des ressortissants affluent chez eux. Et puis ils doivent mettre la main à la poche pour les aider à développer leurs économies chez eux afin d’y créer du travail à leurs ressortissants pour éviter l’émigration d’une partie d’entre eux vers l’Occident. Comme ils doivent respecter la souveraineté de ces pays riches mais appauvris, et cesser de piller leurs richesses.

Par ailleurs, ils doivent rendre à ces pays du tiers-monde les élites universitaires qu’ils ont «  détournées », en leur offrant les mêmes avantages qu’ils ont dans les fonctions qu’ils exercent en Occident pour permettre à ces cadres de rentrer chez eux et participer aux développements de leurs pays respectifs. En acceptant cette coopération sincère, les pays industrialisés contribueront au ralentissement des migrations venant d’Afrique et d’Asie chez eux et leur posent un problème humanitaire. C’est à ce prix que les pays développés arriveront à contenir les flux migratoires venant du tiers-monde où la famine ravage une partie importante des populations.

Dans l’hypothèse d’une telle coopération, les flux migratoires seront transformés en échanges commerciaux, touristiques et culturels entre le Nord et le Sud ; ce qui permettra le rapprochement des peuples et le développement des relations amicales entre eux. Ceci dit, les solutions existent si les dirigeants occidentaux mettent fin aux pillages des richesses des pays du tiers-monde et transforment leurs aides empoisonnées (tels les prêts du FMI et d’autres organismes financiers qui ruinent davantage les pays endettés) en des aides sincères au service du développement économique des pays concernés.

Une réelle aide occidentale, notamment en matière technique, technologique et financière est nécessaire pour sortir les pays du tiers-monde de la misère qui oblige une partie de leurs ressortissants de s’expatrier. Sans une réelle et sincère coopération entre les pays développés et les pays du tiers-monde, les flux migratoires ne s’arrêteront pas, quelles que soient les mesures de surveillance que ces pays dits d’accueil pourraient mettre en place pour les en empêcher. En aidant les pays du tiers-monde à se développer, les pays industrialisés s’aideront eux-mêmes en assurant une stabilité politique et sociale chez eux, et tout le monde trouvera son compte.

 

Publicités

Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015

ET DE TOUTES LES AUTRES, D’ICI ET D’AILLEURS !

terroriste04Un commentaire sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, qu’il convient de condamner avec la plus grande fermeté. Et d’abord nous présentons nos condoléances aux familles et amis des victimes, et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.

Les morts et les blessés tombés lors de ces attentats criminels sont victimes des victimes. Mais il n’y a pas de fumée sans feu. Des motifs qui poussent des jeunes à opter pour le mercenariat du crime sont nombreux et variés.

Les exécutants, ou mercenaires, de ces horribles attentats sont eux-mêmes des victimes à plusieurs titres : victimes de la société qui n’a pas su les intégrer en son sein ; victimes, dans certains cas, de leurs propres parents qui n’ont pas accompli leurs devoirs comme il se devait ; victimes d’un endoctrinement de « grands maîtres-prédateurs » qui les envoutent au point de les convaincre de tuer des innocents et se faire tuer eux-mêmes. Donc un acte de suicide criminel, sous effet d’endoctrinement certes mais aussi et surtout de désespoir.

Mais il y a aussi la politique de deux poids deux mesures des Etats occidentaux vis-à-vis du conflit palestino-Israélien qui ne laisse pas indifférents des jeunes qui voient des injustices exercées tous les jours par l’Etat d’israël contre les Palestiniens, sans que les Etats occidentaux bougent leur petit doigt pour faire cesser le massacre. Au lieu de passer aux sanctions de l’Etat d’israël qui n’a jamais respecté aucun droit des Palestiniens, ni respecté aucune de multiple résolutions de l’ONU concernant ce conflit, ils «  regrettent  » tout simplement des «  exactions  », la construction de nouvelles colonies, etc. Donc, des jeunes généralement non-politisés, ayant le cumule de l’exclusion et de toutes les injustices qu’ils vivent eux-mêmes et celles qu’ils voient dans ce monde, ils sont facilement influençables par les prédateurs qui les recrutent à faire le «  djihad  ».

Un conseil fraternel au peuple français et à ses dirigeants :

1) Que le gouvernement français se démarque de la politique impérialiste des USA vis-à-vis des peuples du tiers monde.

2) Préférez plutôt la coopération civile que militaire avec ces peuples.

3) Rapatriez tous vos soldats en exercice à l’étranger, et de démantelez vos bases militaires installées dans les pays du tiers monde.

En faisant cela, la France gagnera la paix, l’amitié des peuples et épargnera les milliards d’euros qu’elle dépense tous les ans pour entretenir une partie de ses armées basées à l’étranger, et elle épargnera surtout les vies de ses citoyens. La seule présence militaire d’un pays étranger dans un pays souverain (même lorsque les présidents autoproclamés donnent leurs accords) est considérée par les peuples comme une hostilité de l’intrus, voire une occupation qu’il convient de combattre. Quand on veut la paix chez-soi, on ne doit pas aller faire la guerre aux autres peuples chez eux. C’est aussi simple que ça  !

Quant aux intérêts que vos sociétés économiques rapportent de ces pays en y allant chercher des matières premières tout en affamant les peuples chez eux, la France les verra certainement augmentées si elle traite d’égal à égal les affaires commerciales et de coopération avec ces peuples. Les seuls qui seront perdants en réalisant la paix avec les peuples du tiers monde sont les fabricants et vendeurs d’armes pour qui les guerres sont vitales, et donc ils doivent les inventer où elles n’existent pas.

La grandeur d’un pays se mesure par la grandeur de ses dirigeants et non par la puissance militaire de ses armées. Et ses dirigeants ne sont grands que s’ils sont animés par la sagesse et la capacité de mener une politique basée la paix ; d’instaurer une Justice sociales pour tous leurs citoyens et administrés sur le même pied d’égalité afin que les différentes couches sociales qui composent la société française puissent vivre en harmonie et en bonne intelligence. Mais aussi de leur garantir la paix et la bonne entente avec les autres peuples pour gagner leur amitié et éviter leur hostilité.

Chérif Boudelal

Chérif Boudelal

Chérif BOUDELAL (Président de l’association « L’immigration Repères et Citoyenneté », auteur de plusieurs projets associatifs et du livre « L’immigration de peuplement en France au XXIe siècle – Et le défi d’intégration des citoyens qui en sont issus », éd. Edilivre, 2014.

Pour toutes fins utiles contacter  : irc84@yahoo.fr

Lire les autres articles de C.Boudelal: https://goo.gl/eT3jrF

LE 11 SEPTEMBRE RESTE SYMBOLE DU CRIME PARFAIT DES USA !

Par chérif BOUDELAL
https://www.facebook.com/justiceuniversellepourtous

Chérif Boudelal

Chérif Boudelal

En réalité les présumés « avions béliers » montrés dans la vidéo du 11 septembre 2001 et les «  terroristes musulmans » n’ont jamais existé

Quatorze ans ont passé après l’imposture des prétendus attentats terroriste inventés par les USA et le Mossad qui ont causé la mort de 3000 personnes. Ces attentats criminels ont été suivis par l’invasion et la destruction de l’Afghanistan, de l’Irak et de la Syrie, causant la mort de centaines de milliers de personnes, des centaines de milliers de blessés et l’exode de plusieurs millions de ressortissants de ces pays. Ceci prouve que les dirigeants des USA et leurs complices sont des criminels les plus barbares que l’histoire de l’humanité ait connus.

Que les peuples sachent que les attentats du 11 sept 2001 ont été une supercherie des USA. En effet, selon des enquêteurs scientifiques et des témoins oculaires les deux tours ont été dynamitées et non percutés par les avions comme l’ont annoncé les officiels et leurs médias. Les USA n’ont jamais prouvé non plus que des musulmans aient participé aux attentats du 11 septembre 2001, pour la simple raison que les «  terroristes musulmans » n’ont jamais existés. Les débris des avions montrés dans la vidéo n’ont jamais été exposés aux publics, car ils n’ont jamais existés non plus.

Cependant, il y a des indices qui prouvent que le Mossad israélien était impliqué dans ces attentats. En effet, dès le lendemain des médias avaient annoncé que 4 000 juifs sur 7 000 employés dans les deux tours n’avaient pas travaillé ce jour-là. Cette information a été démentie par les grands médias occidentaux qui ne sont que des perroquets qui répètent les discours de leurs maîtres. Ces derniers se sont empressés par ailleurs pour accuser « d’antisémites » les journalistes qui avaient rapporté cette information. Par ailleurs, des employés des tours avaient annoncé avoir entendu des déflagrations venant des sous-sols des tours, ce qui signifie qu’elles ont été dynamitées, mais on les avait immédiatement faits taire.

Le compte s’avère juste !

A la fin du déblayage des ruines des deux tours et le comptage des corps humains qui y étaient ensevelis, on avait trouvé exactement 2999 corps sur les 7 000 employés de ces deux tours. Ceci justifie la véracité de l’information donnée dès le lendemain des attentats pas certains médias, selon lesquels 4 000 juifs n’avaient pas travaillé ce jour-là dans les deux tours. Cependant, les médias accusateurs n’avaient pas soufflé mot pour dire la vérité aux peuples après l’annonce du nombre de morts. Une raison de plus pour accuser ces médias d’être complices de la supercherie des USA.

Ceci confirme que le Mossad israélien était directement impliqué dans ces attentats, puisqu’il avait conseillé aux employés juifs de ces tours de ne pas se rendre à leur travail ce jour-là. Et comme on sait que la CIA et le Mossad sont les deux faces de la même pièce, on peut facilement déduire qu’au moins des éléments de cette institution y ont été impliqués dans ces attentats.

D’autre part, des scientifiques US ont annoncé, après des enquêtes et analyses poussées, que la version officielle était basée sur des mensonges. D’une part, il est scientifiquement impossible que le choc des avions fasse tomber les deux tours. Et d’autre part, ils ont prouvé que les avions montrés dans la vidéo traversant les tours n’ont jamais existés ; et que la vidéo était un montage savamment préparé. Les images horribles que le monde a vues n’étaient en fait qu’un trucage ; de la propagande malsaine des USA et de leurs complices, dont le but est d’accuser les musulmans d’en être les auteurs, accusant donc les musulmans de terroristes. Et, malheureusement beaucoup de gens ont cru à ces mensonges cyniques dont les auteurs sont dénués de toute moralité.

Justifier les invasions

On peut se demander pourquoi les USA manigancent toutes ces faux attentats et terrorismes. L’après attentats de New York et Washington a prouvé que les USA cherchaient des prétextes pour occuper les deux pays stratégiques du Proche et Moyen-Orient, l’Afghanistan et l’Irak, dans le but de contrôler les richesses pétrolières et les infrastructures pour les acheminer vers les pays importateurs.

Après l’invasion de l’Afghanistan, prétextant que les Talibans étaient complices de Ben Laden dans les attentats du 11 septembre – alors que le Mossad et la CIA étaient les instigateurs – les USA sont allés occuper l’Irak, prétextant la possession des armes chimiques par Saddam Houssine. Et c’était le troisième gros mensonge en direct des USA puisque le secrétaire d’Etat, Colin Powell, avait exposé un échantillon de produits de « ces armes chimiques », qui s’est avéré également un mensonge (et ce dernier l’a reconnu par la suite).

Ayant échoué dans leurs guerres contre les peuples afghan et irakien, les USA et leurs complices s’occupent aujourd’hui de la division de tous les peuples arabes pour les pousser à s’exterminer mutuellement afin d’en tirer profit. Le but satanique des USA est de : 1) maintenir leurs bases militaires dans les pays du Golfe afin d’assurer le contrôle total des richesses pétrolières des peuples arabes, le maintien en place des régimes « très démocratiques » qui les gouvernent, tel le régime de l’Arabie Saoudite qui représente la seconde meilleure démocratie de la région après celle d’israël ; 2) faire le compte ensuite à toutes les résistances de la région, et notamment le Hezbollah et le Hamas, entre autres. 3) faire d’israël le gendarme éternel et incontesté de la région moyenne-orientale ; 4) enfin, enterrer définitivement la question d’un Etat palestinien ou la création d’un seul et unique Etat pour tous les habitants de la Palestine historique (comme le réclament nombre de militants palestiniens et d’israéliens).

Cette stratégie répond aux aspirations de l’idéologie sioniste qui prévoit un Etat juif nommé « grand israël ». Mais les gens raisonnables qui connaissent l’évolution de l’Histoire de l’humanité savent que l’Etat de l’apartheid israélien, comme tous les autres Etats tyrans, n’est pas éternel. Tôt ou tard il finira par céder sa place à un Etat unitaire pour toute la Palestine historique.

L’hypocrisie des représentants des régimes de la « démocratie occidentale »

Aujourd’hui, les dirigeants US et leurs complices se lamentent, hypocritement, sur le sort des réfugiés qui fuient les guerres, alors que ce sont eux qui les leur ont imposées chez eux. Si nous devons saluer la mobilisation, l’humanisme et la générosité des peuples européens qui ouvrent leurs portes aux rescapés de la guerre impérialistes au Moyen-Orient, nous devons dénoncer les gouvernants de ces pays complices des USA dans leur terrorisme d’Etat  exercé contre les peuples du tiers monde pour piller leurs richesses et appauvrir leurs peuples.

Que les peuples occidentaux dont les régimes sont impliqués dans des crimes contre des peuples à travers le monde, directement ou indirectement, exigent leur indépendance vis-à-vis des USA. Que les Français exigent de leurs gouvernants de se retirer de ces sales guerres. Qu’ils exigent de leurs gouvernants de ne plus s’immiscer dans les affaires internes des autres pays souverains, et de retirer leurs bases militaires de tous les pays du tiers monde.

Que le peuple étasunien lui-même se libère du joug de ses oligarques, ces faux démocrates qui le dirigent, qui sont des vrais bourreaux des peuples du tiers monde. Ces derniers servent en réalité les lobbies capitalistes qui détiennent les vrais pouvoirs dans toutes les institutions de l’Etat. Ils font de lui le complice du terrorisme d’Etat qu’ils exercent contre les peuples innocents à travers le monde.

Idem pour les autres peuples des « démocraties occidentales » qui devraient se désolidariser de leurs gouvernants qui mènent des guerres par procuration au service des fabricants et marchands d’armes et contre les peuples.

Chérif BOUDELAL

Auteur du livre : «  L’immigration de peuplement en France au XXIe siècle – Et le défi d’intégration des citoyens qui en sont issus ». Il est recommandé de proposer à vos bibliothèques municipales et universitaires de l’acquérir pour permettre à beaucoup de lecteurs de le lire gratuitement. A toutes fins utiles, contacter l’auteur au :  irc84@yahoo.fr

Facebook:

https://www.facebook.com/justiceuniversellepourtous

Lettre : A l’attention de Madame Najat VALLAUD-BELKACEM

Association « L’Immigration Repère et Citoyenneté »
Chérif BOUDELAL Avignon le 4 avril 2015
9, rue Corot – Irc84@yahoo.fr
84140 Montfavet/Avignon

A l’attention de Madame Najat VALLAUD-BELKACEM

Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

10, rue de Grenelle -75357 Paris SP 07

Objet : Proposition de projet

Madame la Ministre,

Nous venons par la présente lettre vous présenter un projet d’enseignement de deux modules en Histoire intitulés : 1) Histoire de l’Immigration française XIXe-XXIe siècle ; 2) Histoire de la Civilisation arabo-musulmane VIIe-XVe siècle, en vous remerciant par avance de bien vouloir étudier cette proposition avec intérêt. Nous estimons que l’enseignement de ces approches de l’Histoire est d’une grande utilité pour la société. Car, d’une part elles valorisent les enfants issus de l’immigration et d’autre part elles enrichissent la connaissance de tous les élèves.

Quand les enfants sont valorisés, ils travaillent mieux à l’école, préparent leur avenir et deviennent des citoyens comme les autres, fiers de leur citoyenneté française ; le contraire produit le résultat adverse. L’enseignement de ces modules peut certainement contribuer à dissiper les préjugés qui pourraient exister chez les uns et les autres et posent souvent des problèmes à la société. Le rejet et les préjugés de l’autre viennent du fait qu’on ignore son histoire, ses valeurs morales et culturelles. Et nous en avons l’expérience même si le champ de nos actions est très limité.

En effet, notre association a des expériences dans ce domaine ; elle a mis en place deux modules de formation en Histoire intitulés : 1) « L’Histoire de l’Immigration française XIXe –XXe siècle » ; 2) « L’Histoire de la Civilisation arabo-musulmane VIIe –XVe siècle », qu’elle propose aux structures socioculturelles et éducatives. Elle propose également un autre module intitulé « L’inter culturalité cultive la fraternité » destiné aux écoliers ; et nous avons constaté l’efficacité de l’inter culturalité au sein des établissements scolaires où se préparent les futurs citoyens.

Ceci dit, nous sommes conscients que nos interventions ne sont qu’une petite goutte dans un océan ; mais nous le faisons car il n’y a pas d’autres alternatives. L’alternative qui pourra sans doute être efficace est l’introduction de ces approches éducatives dans les programmes scolaires par l’Education nationale dont vous êtes la Ministre de tutelle. Vous pouvez faire l’expérience en les intégrant dans les programmes scolaires, et nous savons que vous avez la possibilité de le faire.

Nous pensons que l’enseignement de ces approches de l’histoire est devenu une nécessité pour donner des repaires identitaires aux enfants issus de l’immigration. La majorité des ces enfants ont le « complexe de l’étranger » alors qu’ils sont des Français comme les autres ; il est temps de le leur faire comprendre par l’exemple en les valorisant à travers l’histoire et la culture de leurs ascendants. Les enfants qui n’ont pas de repères identitaires ne pourront pas être de bons exemples en matière de civisme en étant adulte, mais souvent le contraire.

Quand nous constatons que plus de 65% de prisonniers en France sont issus de l’immigration (en majorité d’origine maghrébine), cela fait froid dans le dos. A qui profite le crime ? Nous avons constaté à maintes reprises que, à chaque fois que des problèmes surgissent dans un quartier dit « sensible » ou un attentat est commis par des « islamistes » sur le territoire français, les marchands de la haine montent au créneau pour faire leurs campagnes électorales sur le dos de ces populations.

Nous sommes persuadés que tant que ces populations restent parquées dans des quartiers HLM qui sont de vrais ghettos à fabriquer les délinquants – et par voie de conséquence les écoles le deviennent automatiquement-, celles-ci restent exposées à toutes les spéculations politiciennes malsaines. Ces populations sont prises en otage dans ces ghettos, et il convient de les en délivrer si on veut qu’elles soient intégrées dans la société. Mais ces ghettos existent également dans les esprits de beaucoup de politiciens qu’ils convient de les en libérer aussi.

Il ne faut pas attendre d’une population exclue de s’intégrer dans la société. Selon nous les solutions existent. Il suffit d’avoir la volonté politique pour les mettre en œuvre, en se donnant les moyens nécessaire pour les rendre effectives. Seuls ceux qui tirent profit du malheur de la société qui ne souhaitent pas que la situation de ces populations changent, car ils se nourrissent de leur malheur.

…/…

Tant que les dirigeants de ce pays n’ont pas tiré de leçons du passé pour mettre fin à la marginalisation de ces populations et stopper la progression de l’extrême droite, la société française en pâtira encore davantage. L’extrême droite est au seuil de l’Elysée, et si on ne change pas de politique dite d’« intégration », dès maintenant, dans quelques années ce sera trop tard. Les élections des deux dernières années nous inquiètent car l’extrême droit devient un danger réel, non seulement pour les immigrés et les citoyens français qui en sont issus, mais aussi pour la République elle-même.

Un pays de 66 millions d’habitants qui a 69 000 de ses ressortissants en prison, dont plus de 90% de jeunes, ne peut pas avancer. Il est temps de réfléchir à trouver des solutions viables, qui ne disparaissent pas avec la disparition des dirigeants politiques. Un changement dans la politique du gouvernement en matière de gestion de logements sociaux et des programmes scolaires mettra certainement un frein à la progression de l’extrême droite dont les discours de la haine gangrènent la société française. Si un tel changement a lieu, l’intégration de ces populations se fera d’elle-même ; à ce moment-là l’extrême droite n’aura plus de prétextes pour en faire le bouc émissaire ; et par conséquent, son score chutera et la République sera sauvée.

En conséquence, nous vous demandons d’intégrer dans les programmes scolaires ces modules d’enseignement qui sont d’une grande importance sur le plan pédagogique. Leur enseignement enrichit les connaissances de tous les élèves et valorise ceux qui sont directement concernés, en l’occurrence les élèves issus de l’immigration. Nous vous demandons de faire ce qui est en votre pouvoir, Madame la Ministre, tant que vous en avez la possibilité, pour aider ces populations à sortir de ce marasme qui n’a que trop duré ; et vous réussirez là où vos prédécesseurs ont échoué. Ainsi vous prouverez que l’intégration, le vivre ensemble, la diversité culturelle, l’égalité des droits, bref les vertus des valeurs de la République ne soient plus que de vains mots.

(Nous vous envoyons ci-joint, pour information, un bref exposé sur chacun de ces modules utilisés par notre association.)

Dans l’attente de voir ces matières intégrées dans les programmes scolaires,

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments distingués.

Chérif Boudelal (président de l’association IRC)

Je suis également l’auteur du livre :

L’immigration de peuplement en France au XXIe siècle
Et le défi d’intégration des citoyens qui en sont issus »
Je vous invite de le lire car il traite les problèmes de société et propose des solutions.

P-S : Pour votre information, nous vous signalons que notre association œuvre depuis les années 1990 pour l’intérêt général de la société. Elle a été pour quelque chose dans la mise en place, par Monsieur Pierre Chevènement, des CODAC (en 1999). En effet, nous avions adressé au Premier ministre, à plusieurs ministres et aux groupes parlementaires un projet associatif de huit propositions dont la décentralisation de logement HLM, la mise en place d’aide aux devoirs et de soutien scolaire dans les écoles primaires, collèges et lycées ainsi que la lutte contre la discrimination à l’embauche des jeunes issus de l’immigration. Seul le ministre de l’Intérieur de l’époque avait répondu à notre requête en mettant en place les CODAC.

En octobre 2005, après l’embrasement de plusieurs villes de France, notre association avait élaboré un projet intitulé « Un nouveau type de logements H.L.M » aux mêmes institutions, proposant aux autorités compétentes de faire voter une loi ou un décret obligeant les promoteurs immobiliers de réserver aux HLM 10% de logements sociaux dans les nouvelles constructions d’habitat au lieu de continuer à construire des quartiers à 100% HLM. Mais nous n’avions pas été entendus. Ces quartiers HLM sont devenus des quartiers à problèmes, des souffre-douleurs des populations qui y habitent, un casse-tête pour l’Etat ; mais une aubaine pour les chantres de la « préférence nationale » qui prennent ces populations en otage pour en faire des boucs émissaires à des fins électoralistes.

Ce même projet a été envoyé au premier ministre, Manuel Vals, juste après l’attentat contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015.

P-S : Moi, Chérif BOUDELAL, citoyen immigré, je continuerai à servir l’intérêt général de la société française comme je l’ai toujours fait depuis plus de quarante ans. Je le fais par conviction, en mon âme et conscience pour que ma progéniture et celle des miens soient considérés comme tous les autres citoyens et administrés. Il est temps que les législatifs et les exécutifs français qui ont les pouvoirs de décisions évoluent avec la société et respecter en premiers les lois et règles qu’ils imposent aux citoyens et administrés, car la roue de l’Histoire ne s’arrêtera pas de tourner.

Selon la constitution française « nul n’est au dessus de la loi » ; or cette notion n’est pas toujours appliquée par ceux mêmes qui sont censés la respecter en premiers d’abord et la faire respecter par les autres ensuite. Et j’en sais quelque chose puisque moi-même j’ai été exclu par ceux qui prétendent vouloir m’intégrer, en abusant de leurs pouvoirs. En effet, je me suis vu refuser la nationalité française après quarante cinq ans de résidence sur le territoire français, et ce pour « délit d’opinion », car en soutenant la cause palestinienne je ne pouvais pas être « loyaliste envers la France » ! Mais malgré mes nombreuses déceptions, je continuerai mon combat pour l’intérêt général de la société, contre toutes les injustices d’où qu’elles viennent et quelles que soient les origines des victimes, tout en œuvrant pour la paix et la fraternité entre les êtres humains.

L’union fait la force

Chérif Boudelal

Chérif Boudelal

Ce défi ne sera relevé que si les lâches qui gouvernent le monde arabe et musulman soient balayés par leurs peuples. Mais aussi lorsque les intellos de ces communautés, vivant dans le confort en Occident et tournent le dos aux leurs (agonisants), se rendront compte qu’ils seront toujours considérés comme le colonel Ben Daoud (c’est-à-dire des traîtres) ; et que seules leurs communautés respectives puissent leur servir de rempart.

Je m’explique :

1) Si les régimes qui gouvernent les pays dont sont originaires les musulmans de France se respectaient, respectaient leurs peuples et exigeaient la protection de leurs ressortissant à l’étranger, les pouvoirs des pays où les musulmans sont victimes d’islamophobie, voire carrément lynchés, auraient tout fait pour les protéger. Un petit exemple : les juifs qui sont les moins souffrants de la xénophobie en France, dès qu’un acte anti juif est commis, tous les partis politiques, le chef de l’Etat, le 1er ministre et le gouvernement entier montent au créneau pour dénoncer « l’antisémitisme ». Par ailleurs, le gouvernement mobilise police et armée pour protéger leurs lieux culturels et religieux. Pourquoi ? Parce que l’Etat d’israël et le lobby sioniste de France l’exigent.

Pourquoi les musulmans n’ont pas bénéficié des mêmes protections alors que des centaines d’actes islamophobes ont été commis contre leurs lieux de culte, voire des agressions contre les femmes qui portent le foulard ? Parce que les gouvernements des pays d’origine des musulmans de France sont des morts vivants, ils ne bougent pas leurs petits doigts pour défendre leurs ressortissants.

2) Quant aux intellos arabo-musulmans de France, sont à l’image de leurs gouvernements d’origine. Toutes les communautés d’immigrés qui se sont succédé en France ont résolu leurs problèmes grâce à leur unité, à leur organisation et à leur solidarité. Mais surtout grâce au dévouement de leurs intellectuels qui avaient mis leurs compétences au service des leurs. Ils se sont organisés par catégories professionnelles, regroupant autour d’eux toutes les sensibilités politiques et culturelles pour maintenir le lien permanent entre eux et agir ensemble pour le bien-être de leurs communautés.

Ils ont mis leurs compétences au service des leurs pour aider les enfants de leurs communautés respectives dans leur scolarité, orienter les jeunes à préparer leur avenir, etc. Les intellectuels de ces communautés ont été à la fois éducateurs, pédagogues, conseillers et rassembleurs auprès des leurs. Voire ils ont été les ambassadeurs de leurs communautés respectives auprès des institutions de l’Etat et de la société civile. Et c’est cela qui fait la différence entre les intellectuels de ces communautés-là et ceux de la communauté arabo-musulmane qui n’arrivent pas à se débarrasser de leurs complexes multiformes.

S’il y a un exemple pédagogique en matière d’organisation et d’unité à donner aux intellectuels défaillants de la communauté arabo-musulmane de France, ce serait celui des communautés de sensibilités culturelles et religieuses différentes telles les communautés juive et italienne qui ont souffert plus que quiconque de la xénophobie dans en France, durant des siècles pour les juifs et pendant un siècle pour les Italiens. Il y a aussi d’autres communautés (arménienne, polonaise, espagnole, portugaise, ou encore les communautés noires et métisses originaires d’outre-mer, etc.) qui ont soufferts de la marginalisation pendant longtemps, mais ils se sont bien sortis grâce à leur unité dont les principaux animateurs étaient et restent leurs intellectuels.

Toutes ces communautés ont fait leur place dans la société française, leurs membres occupent aujourd’hui de hautes fonctions au sein des institutions de l’Etat. Si l’on excepte les Noirs de la métropole qui souffrent encore du racisme de la même façon que la communauté arabo-musulmane, les autres communautés n’ont plus aucun problème majeur en France. Bien qu’elles soient intégrées dans le tissu social français, ces communautés restent attachées à leurs cultures d’origine et à leur histoire, et personne ne trouve cela anormal car elles ont chacune un rapport de force dans la société. Par leur unité, leur organisation au sein de leurs associations de sensibilités différentes, elles se sont imposées dans la société française.

Paradoxalement aux intellectuels des communautés citées, les intellectuels arabo-musulmans de France préfèrent mener la belle vie en tournant le dos à leurs communautés respectives. Ils se démarquent de leurs « ex compatriotes » pour prouver aux autres leur « intégration » ! Quelques-uns d’entre eux dits progressistes, se manifestent individuellement à travers des écrits et/ou des débats ; mais ils restent frileux quant à leur engagement concret auprès de leurs communautés d’origine agonisantes ; alors que celles-ci ont besoin de leurs compétences mais elles ne les voient pas venir à leur secours.

Bien que des militants parmi eux soient sincères dans leurs engagements individuels, ils sont peu efficaces car non organisés ; et donc leurs actions ne touchent pas ou très peu les populations concernées. Quant à leurs écrits, ils ne bénéficient pratiquement qu’aux intellectuels qui font des recherches sociologiques sur l’immigration, et à une infime partie des jeunes issus de l’immigration qui ont eu la chance de faire des études. Ceci dit, l’adage qui dit « L’union fait la force » n’a pas été exploité par les communautés arabo-musulmanes, de France, car orphelines.

Ce que les gens, et notamment les jeunes, doivent savoir, c’est que, une communauté unie et organisée pèse le poids d’une montagne sur le plan politique dans un pays comme la France où seuls les rapports de force comptent. A l’inverse, une communauté qui n’a aucun rapport de force politique, elle pèse moins qu’une feuille morte. Et comme les communautés musulmanes de France n’ont aucun poids politique, elles sont exposées aux lynchages.

Enfin, pour mieux comprendre la politique de deux poids deux mesures des gouvernants français vis-à-vis des musulmans, comparez le « foulard musulman » à la kippa juive. Après avoir voté des lois interdisant le foulard pour les filles dans les écoles, puis le niqab partout, on veut interdire maintenant aux assistantes maternelles musulmanes de porter le foulard chez elles ! Alors que le premier ministre a déclaré récemment ceci : « Les juifs de France peuvent porter avec fierté leur kippa! » Ceci devrait suffire aux musulmans de France pour qu’ils se réveillent.

Chérif BOUDELAL

Auteur du livre : «  L’immigration de peuplement en France au XXIe siècle – Et le défi d’intégration des citoyens qui en sont issus ».

https://www.facebook.com/justiceuniversellepourtous

(En réaction à l’Edition du 7 octobre 2012)

Par Chérif
Lisez ce commentaire jusqu’au bout pour mieux comprendre le fond de ma pensée que j’expose ci-dessous.

1) L’image de la charrette représente bien le paradoxe frappant dont excelle le « guide des croyants » qui plonge le peuple marocain dans la pauvreté, tout en montrant aux étrangers sa richesse personnelle et « sa générosité » envers les musulmans, en leur construisant de mosquées somptueuses au cœur même de l’Europe !

2) Quant aux islamophobes, qui sont essentiellement des sionistes, ils font des provocations pour chauffer ceux parmi les musulmans qui agissent sans réfléchir, pour montrer au monde « leur fanatisme » et pousser les régimes occidentaux à faire la chasse aux « islamistes ». Leur objectif c’est de marginaliser les musulmans des sociétés occidentales afin de garder éternellement le rapport de force qu’ils ont.

Vous avez certainement remarqué comme moi que, à chaque fois qu’israël est montré du doigt, des humanistes se préparent pour essayer de briser le blocus de Gaza, les sionistes occidentaux surgissent pour faire diversion en choisissant un sujet humiliant pour les musulmans dans le but de leur faire faire des bêtises qui les stigmatisent. Ce n’est pas par hasard que les provocateurs et/ou commanditaires sont des sionistes.

Comme j’ai déjà écrit auparavant à ce sujet, la meilleure façon de combattre les ennemis de cette trempe c’est de les ignorer.

Au lieu de faire n’importe quoi, les musulmans devraient s’unir et s’organiser pour avoir un rapport de force et venir à bout de leurs ennemis par la voie de la démocratie, en utilisant les lois des pays où ils vivent, c’est-à-dire par les urnes.

Mais tant que « zouje béghales » ne se sont pas encore réveillés, ils doivent subir sans rien dire.

Je suis désolé si cette franchise vous fait mal, mais c’est mon point de vue ; je suis moi-même concerné par cette dégradation morale, sociale et politique dont souffrent les musulmans de France et de l’Occident. Les vrais responsables de la souffrance des musulmans sont « leurs propre représentants » officiels et « leurs intellos » de la honte qui vivent comme des autruches, têtes enfouis dans leurs bourses, dans l’humiliation, en tournant le dos à leurs communautés respectives. Ils sont prompts à aller déguster le repas du CRIF pour montrer aux sionistes, ennemis de l’Islam, des musulmans et des Arabes, qu’ils sont des « modérés », alors que ceux qui se montrent leurs amis les méprisent allègrement.

Chérif
Pour accéder à notre espace Facebook et lire nos publications, cliquez sur ce lien :
https://www.facebook.com/profile.php?id=100000591435693

Le Dialogue Interreligieux

Le dialogue interreligieux n’est pas facile mais nécessaire pour la compréhension entre les peuples et surtout entre les petites gens. Dans un monde en plein crise économique et morale il faut multiplier et pratique un dialogue quotidien et ne pas laisser ce domaine aux seuls spécialistes, dirigeants politiques et aux seuls ecclésiastiques, Il est important de comprendre l’autre, de l’écouter, de lui expliquer, de le respecter. L’indifférence et vivre ensemble en parallèle sans se parler est la pire solution et la source des malentendus et des extrémismes. Quand je dis interreligieux, je n’exclus ni athéisme ni les autres religions et croyances. Toutes les religions, quelles qu’elles soient doivent œuvrer pour vivre pacifiquement en harmonie et en complémentarité pour le bien être de toutes l’humanité, sans concurrence, sans adversité et sans animosité.

  • Bien sûr, dans toutes les religions il y a ceux qui hésitent, ceux qui attendent, ceux qui sont réticents et ceux qui sont tout à fait contre le dialogue.
  • Bien sûr il y a de la méfiance, de l’intolérance, et les relations conflictuelles qui ne favorisent pas le dialogue.
  • Bien sûr qu’il ne faut ni ignorer ni faire abstraction aux problèmes et multiples difficultés qui persistent encore.

Néanmoins, dans notre terre, village planétaire, il y a une majorité silencieuse qui veut sortir de l’enfermement d’un communautarisme et d’un provincialisme exacerbés. Ils veulent aussi dépasser ce tribalisme qui sacralise son identité, sa culture et sa religion particulières aux dépens des autres.

Il n’y a qu’un scénario possible pour concrétiser le dialogue interreligieux et interculturel, celui du respect mutuel, conjugué avec des actions ponctuelles et régulières entre tous les citoyens, toutes religions confondues. Laissons les spécialiste, les responsables politiques et les ecclésiastiques faire leur travail, ils sont payés pour ça. Mais en même temps, faisons en sorte qu’au niveau du quartier où nous vivons, créons des occasions pour nous rencontrer, pour dialoguer et pour communiquer en forgeant de préférence une relation individuelle directe,C’est démarche qui privilégie le dialogue direct, sans intermédiaire et sans spécialistes. C’est une démarche pragmatique, généreuse, honnête, honorable et ouverte.

Le prix à payer est modeste, il faut admettre les diversités, essayer de se comprendre, de se connaître, de communiquer et de se respecter. Ainsi loin les actions de prestige, en suscitant, en favorisant, en développant et en valorisant des dialogues entre citoyens voisins, nous contribuons efficacement et sans aucun doute à la réconciliation, à la confiance mutuelle, à la fraternisation et à un vivre ensemble en paix et tranquillité.

Enfin, dialoguer avec une autre religion ou une autre culture, signifie et veut aussi dire, découvrir l’autre, se découvrir soi-même, se comprendre, se respecter et se solidariser. Commençons tout d’abord par nous envoyer des messages de félicitation à l’occasion des différentes fêtes religieuses par une simple carte postale, un sms ou un email. Ensuite, félicitons-nous les uns les autres lors des mariages, des naissances et lors d’anniversaires. Et enfin, invitons nos voisins à participer à l’occasion de nos différentes fêtes.

Ci-dessous, vous trouverez les dates des différentes fêtes religieuses juives, chrétiennes et musulmanes.

LES GRANDES FÊTES JUIVES – CHRÉTIENNES – MUSULMANES
FÊTES MUSULMANES

(année 1433)                (année 1434)              FÊTES CÉLÉBRÉES
année 2011                     année 2012

17 décembre                   6 novembre                     ACHOURA
16 février                          5 février                            MAWLID AN NABI
29 juin                                17 juin                               LAILAT AL MIRAJ
17 juin                               5 juillet                               LAILAT AL BARA’A
1er août                            20 juillet                            1er RAMADAN
27 août                             15 août                                LAILAT AL QADR
31 août                              19 août                               AID-EL-FITR
7 novembre                    26 octobre                        AID-EL-ADHA
27 novembre                 15 novembre                    1er MUHARAM

FÊTES CATHOLIQUES

ANNÉE 2011                           FÊTES CÉLÉBRÉES

6 janvier                                     ÉPIPHANIE
2 février                                      CHANDELEUR
9 mars                                          CENDRES
17 avril                                        RAMEAUX
24 avril                                        PAQUES
25 mars                                       ANNONCIATION
2 juin                                            ASCENSION
12 juin                                         PENTECOTE
15 août                                        ASSOMPTION
1er novembre                          TOUSSAINT
2 novembre                              FÊTE DES MORTS
28 novembre                           AVENT
6 décembre                               SAINT-NICOLAS
8 décembre                               IMMACULÉE CONCEPTION
25 décembre                            NOEL

FÊTES JUIVES

ANNÉE 5771 années hébraïques
années 2010 – 2011                    FETES CELEBREES

9 – 10 septembre                              ROCH HACHANA
18 septembre                                    YOM KIPOUR
23 – 29 septembre                           SOUKOT
1er octobre                                        SIM’HAT TORA
2-9 décembre                                   ‘HANOUKA
20 mars                                               POURIM
19 – 26 avril                                       PESSA’H
8 – 9 juin                                              CHAVOUOT
9 août                                                   TICHA BÉAV

Cherkaoui Abdel
Bruxelles, le 17 avril 2011
———————————————————————–
Réaction à l’éditorial « Le dialogue interreligieux » paru dans Dounia News sous n° 1115 : Semaine du 11 au 17 avril 2011.
————————————————————————

Est-ce que je peux me permettre de vous demander à quelle loge maçonnique appartenez-vous, Monsieur Abdeslam ? Ayant lu « le printemps des sayanim » de Jacob Cohen qui dévoile le lobby sioniste au sein des institutions, et en lisant votre texte qui prêche pour « le dialogue entre les religions », je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la stratégie des agents du Mossad. A travers ses milliers d’agents « sayanim » infiltre toutes les loges maçonniques ainsi que d’autres associations, au sein desquelles ses agents établissent le dialogue entre « les frères et sœurs » pour donner une bonne image d’Israël.

Le dialogue oui, mais avec des gens de bonne foi; avec ceux qui ont l’esprit sain et les mains propres. Le dialogue peut se faire avec des gens qui ne soutiennent pas la barbarie de façon transparente. Et ce n’est pas le cas des rabbins de France ; à ma connaissance il n’y a aucune synagogue en France qui condamne les crimes d’Israël. Au contraire, en plus de leur soutien déclaré, de leur soutien financier et matériel à cet État de l’apartheid, ils font l’apologie de ses crimes. On les a vus manifester dans les rues de toutes les grandes villes de France, et d’ailleurs, pour soutenir Israël à chaque fois que des manifestations aient été organisées ici et là pour dénoncer les crimes des armées israéliennes commis contre les peuples arabes.

Votre dialogue avec des sionistes, car il s’agit des sionistes et non de simples juifs (nous n’en faisons pas l’amalgame), est un signe d’probation de leur soutien à Israël qui se traduit par une complicité indirecte, peut-être par ignorance, en tout cas je l’espère, et ce au nom de l’Islam. Nous connaissons d’autres représentants de « l’Islam de France », en l’occurrence Boubaker et Moussauoi, qui dégustent tous les ans les repas du CRIF avec les apologistes des crimes d’Israël lors desquels on fait l’allégeance à ce dernier, alors que dans le même temps « leurs frères » palestiniens périssaient sous les balles et les bombes des armées israélienne !

En attendant votre réponse claire et nette, je vous dis : Cordialement vôtre.

Chérif
DN 24/04/2011

————————————————–